Hellfest 2019

On remet ça pour la neuvième fois. Pas plus motivé que ça par l’affiche et un peu plus rincé qu’à l’accoutumée, Knotfest oblige. On y va néanmoins dans la bonne humeur parce que merde! Tout le monde n’a pas la chance d’y aller.

En 2019, avec l’ajout du Knotfest, le vieux monsieur que je suis a donc enchaîné 4 jours de fest. J’aime autant vous dire que c’est dur, la chaleur n’a pas aidé non plus. Néanmoins, il eut été sot de ne pas venir vu le nombre de rebondissements de cette édition.

Avant de parler des surprises, parlons des nouveautés de cette année. La zone dédiée à la nourriture a été complètement modernisée. C’est superbe, il y a des sièges en dur, de l’ombre, une fontaine « Flying V », l’endroit est vraiment beau. La forêt qui mène à la Warzone a aussi été pavée pour plus de confort. Le devant des Altar et Temple a aussi vu un peu de changement avec un sol plus régulier (mes pieds applaudissent cette initiative) et le sol en dur devant les Mainstage a été looké comme il se doit. Toujours plus pour l’accueil des festivaliers. Il y a aussi 2 énormes tentes à l’entrée du camping pour les teufeurs. A ma connaissance aucun autre fest ne met autant le paquet pour le confort des festivaliers. Quand je repense à la débâcle de 2007, je mesure le chemin parcouru depuis. Chapeau les orgas.

Vendredi 21 juin

Après avoir passer une partie de la nuit à regarder mes compères se gifler à coup de tranche de pain de mie, il est temps de s’y mettre.

Other bands play, Manowar kills leaves

Joey DeMaio – Hellfest – 21 juin 2019

Oui mais voila, le Hellfest n’a techniquement pas encore commencé que l’événement qui va faire parler durant tout le week-end est déjà sur toutes les lèvres.
9h du matin, je passe la tête en dehors de la tente. Pas bonjour, pas merde, rien, mes camarades déjà éveillés me balancent l’info comme ça, brut de décoffrage: MANOWAR A ANNULE.
Wait?! WHAT? La tête d’affiche du jour qui annule le matin pour le soir? Whow! Avec Manowar on pouvait s’attendre à tout mais (presque) pas à ça. 9h10 – la nouvelle est sur toutes les bouches dans le camping. Ca trash talk beaucoup mais on voit quand même des mines déconfites pour cette nouvelle. En effet, malgré ce qu’on peut penser du groupe, il y a des fans et beaucoup de curieux (dont moi). Et les fans ne sont pas content – à juste titre. Entre les détenteurs de pass 3 jours déçus, ceux qui ont pris des bracelets à la journée juste pour Manowar, sans parler de ceux qui ont claqués moult dollars dans les packages hors de prix pour un Meet & Greet avec le groupe et qui se retrouvent comme des cons. Pas mal de gens l’ont en travers. A noter que les orgas ont permis aux gens qui avaient pris des packages Meet & Greet de rentrer sur le site alors que rien ne les y obligeaient puisque ces derniers étaient vendus par le groupe.
Une fois l’info digérée, se pose la question de qui va les remplacer. Parce que trouver un groupe au pied levé pour jouer à midi ça se fait, mais une tête d’affiche…

Chacun active son réseau pour avoir des infos sur le pourquoi du comment de cette annulation et sur le potentiel remplaçant. On entend tout est n’importe quoi mais plusieurs sources tendent à confirmer le fait que les mecs de Manowar étaient physiquement présents dès le jeudi, qu’ils ont fait les divas parce qu’ils ne pouvaient pas répéter comme ils le voulaient et que la législation française en matière de bruit les dérangeaient. Heu les mecs, la loi est la même que quand vous êtes venus la dernière fois en 2009 donc va falloir trouver autre chose comme disquette. Il se dit aussi que le Hellfest aurait cédé à toutes leurs demandes (aussi débiles soient-elles) afin de s’attirer leur bonne grâce mais que les limites logistiques dues à la présence du Knotfest la veille étaient semble-t-il insurmontable comme désagrément. Difficile pour eux de dire qu’ils n’étaient pas au courant, trop gros.
Après un échange d’amabilités par communiqués de presse interposés, celui du HF est modèle du genre niveau envoie de parpaing/langue de bois – du génie, celui de Manowar blâme le HF (on en attendait pas moins). Si le Hellfest est assez bien pour des groupes comme Iron Maiden, Rammstein ou Kiss (ces derniers n’étant pas les derniers des casses couilles), il est difficile de croire que le HF n’ait pas tout fait pour satisfaire Manowar. Bref ils sont partis et il faut les remplacer.
La nouvelle tombe en début d’après-midi: le remplaçant sera SABATON! Pourquoi Sabaton? Parce que les mecs sont fans de Manowar et avaient demandé comme faveur aux orgas de pouvoir rester un jour de plus pour voir le concert de Manowar. Les voila maintenant qui se retrouvent à jouer à leur place. Chapeau à eux pour le beau geste. Sauf que les mecs ont joué jusqu’à pas d’heure la veille, que Joakim Brodén s’est ruiné la voix et que ce soir il va falloir assurer presque 2h de set. Que faire? Ben faire chanter les guitaristes pardi! Chris Rörland et Tommy Johansson ont semble-t-il assuré une prestation de haute volée tandis que Brodén était attablé sur scène en train de boire des coups avec ses potes. Surréaliste et génial. En une soirée, Sabaton a gagné 1000 fois plus en respect que Manowar durant toute sa carrière. Encore une fois, chapeau les mecs.

Voila, maintenant que je vous ai raconté le déroulement de la journée suite au départ des hommes en slip panthère, je vais reprendre au moment où je sors de ma tente. Parce qu’il n’y a pas que Manowar dans la vie.
A noter aussi que sur la Main 2, le Hellfest nous propose une journée dédiée au « Rassemblement National » avec une affiche 100% française. Je me tartine le fion de 90% des groupes en question et même si Ultra Vomit c’est rigolo, ce sera de toute façon archi blindé. Reste donc Gojira au bout de la nuit. Nous verrons le moment venu.

Blackrain
It’s glamouz time! On commence gentiment avec les savoyards de Blackrain. Quand le drapeau de la Savoie apparaît sur l’écran lors de leur entrée en scène, je trolle gentiment un de mes escrocs favoris, savoyard de son état, en lui demandant pourquoi il y a le drapeau du Danemark sur scène. « Raaah mais dis pas de conneries » me répond-il mi-amusé mi-agacé par la vanne.
Sinon c’était cool. Bon petit concert, je ne connaissais rien de la musique du groupe mais le genre est facile d’accès. Idéal pour commencer ce Hellfest en douceur.

Uada
Le groupe m’avait fait forte impression au Netherlands Deathfest – merci le concert dans la chapelle. Sous la Temple ça prend un peu moins bien car non seulement c’est plus grand mais aussi parce qu’il fait jour. Néanmoins cette ouverture sur The Purging Fire – OMAGAD quel panard infini. Enchaînement sur Snakes & Vultures, je suis en boule dans un coin de la tente en train de pleurer de joie. Je dois néanmoins filer à la Warzone.

No Fun At All
Du Punk à roulettes! Pourquoi? comment? Tout simplement parce que les chansons de ce groupe faisaient office de bande son à quasi toutes les vidéos de skate que diffusaient MCM tous les après-midi. Mais si MCM voyons… vous savez le concurrent français de Mtv quand ces chaînes diffusaient encore de la musique. Bref j’ai bouffé du No Fun At All en boucle et venir les voir était la moindre des choses.
Je n’en attendais rien, j’en ai eu pour mon argent malgré tout. C’est simple, léger, sans prise de truffe et on sort de là avec le sourire.

Power Trip
Le passe temps simple et efficace. Du Thrash qui ne fait que casser des culs.
YUM YUM YUM.

Diamond Head
Avec Diamond Head, on inaugure la partie « remplissage » de la journée. En effet jusqu’à Venom Inc. rien ne me branche vraiment donc je vais voir des groupes par curiosité. Et aussi parce qu’ils jouent à l’ombre.
Diamond Head donc. Rendu célèbre par Metallica, le groupe assure un Heavy classe, sobre et efficace. Malgré les années, Brian Tatler assure toujours le show mais sans jamais tirer la couverture à lui. Un set simple et de qualité qui se conclue par l’inévitable Am I Evil reprise en choeur par un public conquis.

Pestilence
J’ai entendu/lu tellement de truc sur Pestilence et son leader que jeter un oeil dessus ne peut pas me faire de mal. D’autant que je n’ai rien de mieux à faire.
En dehors du look discutable du sieur Mameli, le Death des bataves ne m’intéresse pas du tout. Ca joue ce n’est pas le souci, simplement il ne se passe rien, ce groupe ne dégage rien. Ennui/20.

Impaled Nazarene
Dernier groupe de notre trio spécial « je passe le temps ».
J’avais trouvé ça d’un chiant infini quand je les ai vu la première fois ici, j’ai redonné sa chance au produit une seconde fois. Je peux vous dire qu’il n’y aura pas de troisième.

Venom Inc.
Question: le monde a-t-il besoin d’un Venom qui ne joue que du Prime Evil? Non.
De là, question suivante: le monde a-t-il besoin de Venom Inc.? Non plus.
Venom Inc. est de fait totalement inutile donc rigoureusement indispensable. Les mecs se font plaisir, c’est dynamique, ça profite de belles lumières et ça occupe gentiment en attendant Possessed.

Possessed
Encore un groupe que je veux voir pour ma culture parce que musicalement, j’avoue ne pas m’y retrouver.
Clairement, Possessed, si ça passe par chez vous: vous devez y aller. Déjà parce que les guitaristes sont sur ESP Arrow mais aussi et surtout pour Jeff Beccera. Le mec tient la scène comme un chef, chante comme un malade et on sent que si il le pouvait, il serait en train de gesticuler et sauter partout. Ce gars force le respect.
Grosse prestation.

Hellhammer
Puisque Tom G Warrior a fini de faire ses fonds de tiroir avec Tryptikon, il attaque maintenant les compartiments secrets de son mobilier avec le même line-up mais sous le nom de Hellhammer. Ce que je veux dire par là c’est que le mec ressuscite le projet qui a fait de lui ce qu’il est. C’est totalement culte pour les pionniers du Black. Ok. Mais est-ce qu’en 2019 le public a envie de ça? Faut croire que oui. Moi non en revanche. Je voulais voir pour ma culture, ma culture est faite je passe à la suite.
‘tention, ce ne fut pas un mauvais concert, ce n’est simplement pas mon truc.

Carcass
Si on oublie les lights discutables, il y a un truc qui m’a sauté aux yeux. Enfin aux oreilles. Carcass est venu faire les 24h du Mans avec un dragster. Partir très vite et très fort c’est bien. Mais faut tenir 24h. Et clairement le set s’est écroulé en cours de route tellement le groupe est parti sur des bases élevées. Ce qui me permet de lancer le débat sur les setlists discutables.

Sum41
J’ai décidé d’arriver tôt à la Warzone, vu le monde, je ne suis pas le seul a avoir eu cette idée. C’est très simple, je n’ai JAMAIS vu autant de monde à la Warzone. Plus rempli c’est impossible (6000+ personnes?). Et je ne vous raconte pas la file d’attente pour les photos. J’ai eu la chance d’être de la première vague donc tranquille mais il paraît qu’il y a eu un certain nombre de comportements inappropriés lors des vagues suivantes.
Bref, Sum41.
Vu leurs têtes en arrivant sur scène, les mecs du groupe ne s’attendaient visiblement pas à se trouver face à une telle foule. Qu’importe, ils envoient tout ce qu’ils ont avec une bonne humeur extrêmement communicative qui contribuera à faire de ce concert le meilleur du jour. Cette ambiance de folie, ces morceaux légers qui filent la patate, il devait être écrit quelque part que Sum41 allait plier la journée.

Gojira
Ayant mis près de 25 minutes pour sortir de la Warzone (véridique), je regarde Gojira de loin. La densité de la foule m’ayant définitivement convaincue de garder mes distances. C’était très beau, ça sonnait foutrement bien mais il manquait un petit truc que je ne saurai expliquer à ce concert.

Voyez le genre de conneries auxquels on peut avoir à faire quand on veut faire des photos. Le management de certains groupes impose des restrictions sur le nombre de photographes ou ne veulent que de gros médias – soit.
Cependant cela peut aller plus loin, les heureux signataires du contrat ont parfois droit à une escorte par le management jusqu’au pied de la scène pour être certain que seuls ceux qui ont le droit d’être là y sont. Mais la pire des closes dans ces contrats est celle où on perd les droits sur son travail, droits que l’on cède bien entendu gracieusement au groupe (chut pas de nom).
La légende raconte même qu’en signant le contrat pour Ki$$, Gene Simmons devient automatiquement propriétaire de ton âme, ton chien, ta femme et même de ton cul.

Samedi 22 juin

Plus vaillant que jamais en ce 3ème jour de fest (je compte le Knotfest), je prépare le petit-dej devant la tente. On se met bien avec un café, on discute de ce qu’on a vu la veille. J’explique aux autres, une Bud Light chaude à la main, combien le set de SUM41 était génial et que j’ai trouvé Blackrain très sympa. Je ne sais pas pourquoi mais je crois qu’on m’a beaucoup jugé pour ces paroles.
Sinon les voisins de camping passent Larusso mais la personne ne juge.

Wolfheart
J’arrive sur le site pour Will Haven quand je reçois un sms du CFH des carpates. « Wolfheart c’est plus couillu qu’Amon Appart et en plus la 7 cordes a un son de bâtard rien qu’au soundcheck ». Comprendre « ramène ton cul sous la Temple ». Ok j’arrive pour faire de tofs. Sauf que ce con ne m’a pas donné l’info la plus importante: c’est finlandais! Et vous le savez en ce moment je suis en pleine période finlandaise (niveau musique hein).
Bref. Formidable découverte que Wolfheart. Ce son de 7 cordes, ces riffs, cette ambiance. Nom d’un fion! Encore une groupe finlandais a surveillé!

Will Haven
Soyons clair tout de suite. Je n’aime pas Will Haven, leur post-hardcore/noise ne me parle pas. J’y suis allé pour une chose et une seule: voir Grady Avenell en action. Le chant de ce mec est simplement prodigieux. C’est peu de dire que j’en ai eu pour mon pognon. Sous ses airs de hipster propre sur lui, dès qu’il a le micro en main, le mec devient un monstre avec un chant hurlé prodigieux et il donne tout ce qu’il a. A tel point qu’il est trempé à la fin du premier morceau. Non vraiment, vous devez voir Will Haven une fois dans votre vie juste pour ce type.

Punish Yourself
J’ai tout entendu à leur sujet donc je me suis dit que le meilleur moyen c’était d’aller juger sur pièce. Autant je veux bien croire que les faire jouer en journée ce ne soit pas un cadeau – le mec aux lumières aurait pur faire un effort, autant la musique… merci mais non merci.

Carach Angren
Encore un groupe que je cherche à voir depuis un petit moment.
Encore une fois: lights pourris MAIS groupe mortel. J’ai adoré leur style et ce Black haché qui part en vrille n’importe quand. Quant à leur look, certes on est dans le Black mais les mecs ont su proposer un truc un peu différent.
J’ai beaucoup aimé ce que j’ai vu donc je les ajoute à ma liste infinie de groupes à suivre.

Deadland Ritual
J’ai écouté ça d’une oreille distraite en attendant le groupe suivant. Beaucoup de reprises, certes ça joue mais on s’ennuie un peu. Je ne sortirai de ma torpeur que lors de la présentation du groupe. Visez un peu, chant: Franky Perez (Apocalyptica), guitare: Steve Stevens (Billy Idol), basse: Geezer Butler (Black Sabbath) et batterie: Matt Sorum (Guns N’ Roses, Velvet Revolver etc). Comme quoi un gros line-up ça ne fait pas tout. Next please.

Eagles Of Death Metal
Un de mes compères du gang des escrocs m’a dit de venir que se serait bien. Oui… bon… au-delà de la curiosité (morbide?) due aux événements de… bref vous savez, et bien que ça joue vraiment super bien: ce n’est pas ma came. Mais alors pas du tout.
J’ai néanmoins apprécié le tact avec lequel Jesse Hughes a fait références aux fameux événements et a communié avec les gens « qui y étaient » et qui étaient aussi présent durant le concert.

Within Temptation
Calmez-vous, non je ne suis pas devenu complètement zinzin. Je me suis mis en place dans la file pour les faire des photos de ZZ Top, qui jouait 2 heures après. Car c’est ça quand on fait des photos en fest, on se colle des heures de trucs inintéressant (dans le pire des cas) pour un morceau de pied total à la meilleure place possible.
Voila… donc j’ai Mother Earth dans la tête depuis 15 jours. Achevez-moi.

Def Leppard
Comme évoqué pour Within, j’attendais pour ZZ Top, c’est donc peu de dire que Def Leppard et sa soupe 80’s m’est passé à des années lumières au-dessus de la tête. Trop de balades mollassonnes, trop de trucs chiants comme la mort. J’en ai reconnu 2 (Two Steps Behind et Pour Some Sugar On Me).
Bien entendu cela a dégénéré dans ma tête quand j’ai repensé à CA et que je suis resté plié en 2 de rire durant le reste du set sous le regard interloqué des gens autour de moi.

ZZ Top
Quand je vous dis que régulièrement, il faut attendre longtemps pour faire des photos sur un morceau où l’on s’éclate. Bah voila, ZZ Top! Quand on te lâche dans le photo pit sur Gimme All Your Lovin, que les lumières sont folles, que les 3 gugusses sur scène font les andouilles malgré le poids des années. Ca n’a pas de prix! Putain quel pied!!!
Sinon objectivement, le poids des années se faire sentir sur la durée (50 ans de boutique) mais les mecs savent gérer leur affaire, c’est totalement sur des rails mais bordel que c’est beau à voir.

Dark Tranquillity
J’attendais pour aller voir Cradle mais voyant la file d’attente à l’entrée du photo pit, je décide d’aller directement attendre pour Bloodbath et donc voir la fin de Dark Tranquillity. Quelle idée de génie! Non sérieux, DT qui met une peignée pareille c’est à voir! Et ce choix de morceaux! J’ai toujours du mal à me remettre du combo ThereIn/Terminus (Where Death Is Most Alive/Misery’s Crown. L’amour que ce groupe donne à son public et ce public qui le lui rend tellement bien c’était magnifique. Cette ambiance de fou sous l’Altar… les mots ne suffisent pas pour décrire ce qui s’est passé là-dessous. Alors quand Stanne descend de la scène pour saluer le public à la barrière à la fin du concert… pffff Implosion totale du public. Le mec a salué tout le monde, quand je dis tout le monde c’est TOUT LE MONDE. Quand il oubliait quelqu’un, il revenait en arrière et saluait la personne. Gros moment d’émotion quand il s’est arrêtée un long moment pour prendre dans ses bras la fille en fauteuil roulant qui avait slammé durant le concert.
Dark Tranquilliy > ALL. Point.

Bloodbath
En bonne groupie qui se respecte, j’étais donc le premier à foncer dans le photo pit pour faire… de la merde! Lumières immondes, son très très discutable, voila comment mon envie de Bloodbath s’est envolée en à peine un morceau. Ca m’a mis un coup au moral quasi instantanément, impossible de me remettre dans le concert après ça. C’est d’autant plus dommage que ce bon Nick avait l’air très très joueur ce samedi soir et que le nouveau guitaristesemblait avoir une patate communicative sur ses petits copains. Pour le reste, setlist classique et prévisible. On verra ce que dit la session de rattrapage en août (oui je spoile).

The Sisters Of Mercy
Avant le départ, j’ai reçu mémo de ma moitié: « tu vas voir Sisters Of Mercy et tu me fais un rapport détaillé sinon… » et vous ne voulez pas savoir ce que le « sinon » implique.
Bref.
Donc j’y suis allé et… ben… la beigne encore une fois. Cette musique limite planante, ces lumières sublimes, cette ambiance! Tout était réuni pour ce que ce soit excellent et ce le fut. Ne me demandez pas la setlist, je découvrais le groupe. Tout ce que je sais, c’est que ça a piqué ma curiosité et si c’est possible, je prendrai bien du rab’.

Dimanche 23 juin

‘soir. Nous sommes dimanche matin, je suis officiellement rincé et le jour le plus long s’annonce. Car aujourd’hui, c’est la journée spécial Thrash sur la Main 2. J’adore les Main (ou pas) donc je prends la décision radicale de zapper Alien Weaponry et Insanity Alert qui jouent très tôt juste parce que j’ai besoin de me reposer et aussi parce qu’il fait déjà une chaleur infernale.

Nova Twins
L’ovni du jour. 2 nanas avec leur batteur qui mélangent Rock/Rap/Electro. C’est un peu incongru, pas forcément ma came fait comme ça mais les filles dégagent quelque chose. Je ne saurai vous dire quoi mais ce groupe a un truc de captivant.

Municipal Waste
C’est l’heure de faire les poubelles. Le Foresta crew débarque en force et en forme. Evidemment ça part en quenouille au bout de 2 titres et tout le monde se saute dessus joyeusement alors qu’il n’est que midi. Ce Thrash/Crossover est vraiment séduisant sur scène. Ca défoule, on rigole, je n’ai toujours aucune envie de les écouter sur album mais juste d’en profiter live. Et quand c’est terminé => apéro.
Parlant de ça, il n’y pas eu d’animal pour huler « apéro » toutes les 2 minutes dans le camping. Etrange.

Revocation
Depuis le temps que j’attendais de croiser leur chemin! Enfin! Et même si je ne suis plus trop fan de ce qu’ils font, je voulais juger sur pièce. Bon bah j’ai compris.
Quand MONSIEUR Gene Hoglan vient présenter ton groupe avant ton entrée en scène en disant que tu as le meilleure groupe de Death US de ces dernières années, derrière faut assurer. Ils n’ont pas assuré. Ils ont tout démonté! Arrivé à rendre sexy du Death technique comme ça c’est une perf’. C’est ultra dynamique, ça gesticule, ça tabasse… je signe où pour le second round?

Death Angel
Normalement Death Angel, ça castagne. Sauf qu’encore une fois, j’ai eu un mal de chien a rentré dans leur set.
C’est pas croyable ça, chaque groupe que j’attends avec impatience, impossible de m’imprégner de leur musique le moment venu. Je vais finir par croire que c’est moi le problème. A moins que ce ne soit encore un coup de la setlist…

Trivium
Le groupe arrive sur scène tandis que le public cri « Manowar enculés ».
Le père Heafy un poil taquin regarde son audience avec un air faussement incrédule et se met à sourir de toutes ses dents quand le cri se transforme en « Trivium Trivium ». Ca vous pose le truc: l’ambiance sera bon-enfant durant tout le set.
Sinon bah Trivium hein! C’est ‘ricain donc c’est en pilote auto. Ca joue, on n’est pas volé mais ça manque un peu d’âme tant tout est automatique.

Testament
J’imagine que mon compère CFH vous expliquera dans son report que ce groupe a la meilleure section rythmique de l’univers (et il aura raison) donc je vais vous dire pourquoi j’ai trouvé Testament un peu dedans: LA SETLIST. Allo? T’as The Gathering au catalogue et tu nous sors du Formation Of Damnation? Non mais allo! Bon y’a eu Into The Pit et Happy Birthday Chuck Billy mais ça ne suffit pas à me contenter.

Stone Temple Pilots
Encore un groupe que j’ai regardé de loin. Je n’ai jamais été fan, que se soit avec Scott Weiland ou Chester Benington au chant. Donc avec Jeff Gutt, j’aime autant vous dire que c’est de l’indifférence polie. Néanmoins ça fait le taff auprès des fans. Maintenant pour être très honnête, dans ce registre de groupe Rock/Grunge je préfère largement Soundgarden.

Phil Anselmo & The Illegals
Philou est de retour au Hellfest! Philou est sobre mais Philou en fait des caisses. Philou commence son set par The Better, ovni assumé, puis Philou enchaîne sur 2 titres de The Illegals avant de faire exactement ce qu’on attend de lui: JOUER DU PANTERA!
Et ben voila mon Philou, tu vois quand tu veux! Alors certes, The Illegals ce n’est pas Pantera, n’empêche que Philou marchait sur l’eau en ce dimanche. Et cette setlist… HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA! Mouth for War, Becoming (PUTAIN BECOMING QUOI!!!!), Yesterday Don’t Mean Shit, Fucking Hostile – la base, Hellbound, I’m Broken et Walk en guise de cerise. Ceux qui viennent après ont intérêt à être très en forme parce que v’la la fessée. Nom de diou quel pied!

Emperor
Quand j’ai vu leur nom sur l’affiche, je me suis demandé ce qu’ils allaient bien pouvoir jouer. Anthems? Encore? Sérieux ça va finir par se voir que vous venez pour le chèque. Ca n’a pas loupé. Anthems… encore. Très sincèrement, sorti de Ye Entrancemperium qui fut « impériale » (lol), le reste fut d’un chiant absolu – pourtant dieu sait que j’aime cet album mais là, franchement la sauce ne prenait pas. Pire, ça chantait faux. Genre faux quoi… Oups. Et ce final mou du zbi sur Inno A Satana. La pire version live que j’ai entendu.
Vraiment les gars, je vous aime beaucoup mais ne revenez que quand vous aurez quelque chose d’un peu moins faisandé à proposer. Merci.

Cannibal Corpse
Alors voila, c’est l’histoire d’un groupe qui 100% du temps met des branlées en live. Sauf que ce soir, abus de skenan? manque de Redbull? Allez savoir pourquoi, Canniboul c’était mou, c’était chiant, la setlist était on ne peut plus discutable quant aux lumières, ça devait être le même gars qui avaient fait les lights de Bloodbath la veille.
Prenez des vacances les gars et faites une cure d’omega 3.

Carpathian Forest
En parlant de groupe chiant. Je remercie ma moitié pour m’avoir pousser à aller les voir… avant de me lâcher un sms assassin devant Arte concert depuis son canapé « Ohlala que c’est chiant je vais me coucher ». Merci pour ce moment.
Certes ils avaient un guitariste en moins (le mec a trouvé moyen de se tirer dessus avec son fusil en rangeant son cabanon de jardin – véridique) mais faut pas trop se foutre du monde non plus. Le Natterfrost pourrait au moins faire semblant d’être concerné parce qu’il fait et ne pas lever les yeux au ciel en arrivant derrière son pied de micro. Mec on te voit. Chiant/20.

Slayer – part 1
Je sors de l’Altar vite fait – attente pour Deicide tout ça – afin de quand même voir un peu de ce concert d’adieu de Slayer à la France. C’est peu de dire que je sors pile au bon moment car ce n’est rien de moins que War Ensemble qui démarre. Bien que très très loin, j’ai quand même pu admirer la scène avec un décor slayeresque et ses murs de flammes. On dira ce qu’on voudra, ils ont soigné le fond ET la forme. Car cette putain de War Ensemble fut sans doute la version live la plus violente que j’ai vu. Exit le Slayer moribond en total roue libre de ces dernières années, le Slayer de ce soir est haineux, il veut en découdre et il a retrouvé la hargne et la fougue de ses 20 ans. A ceci près que Paulo la science derrière sa batterie semble souffrir le martyr et galérer comme ce n’est pas permis à garder le tempo. Mais vous savez quoi? On s’en tape parce qu’avec ce petit enchaînement Disciple/Mandatory Suicide j’étais totalement refait.
Là-dessus je retourne sous l’Altar attendre Mr Benton.

Deicide
La branlée était attendue, elle a bien eu lieu. Benton veut en découdre, Asheim est en feu, Quirion et English ont les doigts qui les chatouillent. C’est sûr, Deicide va frapper un grand coup. C’est confirmé dès les premières notes, les mandales partent dans tous les sens mais le son est tout aussi discutable que les lumières. C’est brutal, tranchant, ça envoie de tous les côtés et pourtant je n’arrive pas à garder la tête à Deicide sachant ce qui se joue dehors. Glen, te fâche pas, mais y’a Slayer dehors qui donne un cour magistral donc je vais prendre des notes et promis je reviens. Ou pas.

Slayer – part 2
Ils m’ont tellement titillé avec leur War Ensemble que je quitte le pourtant excellent concert Deicide sans l’ombre d’un regret et revient pour voir la fin de leur concert. Et quelle fin mes enfants!
Black Magic? Dead Skin Mask? OMAGAD. Puis vient le cri des enfers d’Araya sur Angel Of Death, cette vitesse, ce putain de mur de flammes, ce son. Quel pied! Difficile de passer sous silence le petit mot de Tom en quittant la scène. On sent le mec ému, touché par le retour des fans présents. On le sent aussi soulagé que ça prenne fin. Il en parlait depuis tellement longtemps, voila maintenant il sait qu’il va (enfin?) arrêter mais pour le dernier tour de piste, il donne tout ce qu’il a. Respect monsieur et merci pour tout.
Un concert qui sonne comme un rappel à tous les autres groupes. « On part à la retraite mais juste avant, on est venu vous rappelez qui sont les patrons ».

Là-dessus, je plie bagage parce que je suis rincé par ces 4 jours de fest quand soudain… SMS « VIP free drinks maintenant ». Bon bah vendu comme ça… go VIP. Je pourrai vous raconter la suite mais vous ne me croiriez pas donc nous allons conclure sur ce Hellfest 2019.

See you in Hell

J’ai envie de vous dire que plus ça va, plus ça fait comme Wacken. Je viens moins pour l’affiche que pour les potes. Encore que l’affiche est loin d’être déplaisante.
Blague à part, une très belle édition encore une fois. Toujours plus pour les festivaliers et personne ne trouvera à redire là-dessus. De bonnes surprises scéniques comme Sum41, des découvertes comme Wolfheart ou Sisters Of Mercy, un petit plaisir coupable du type No Fun At All bref pleins de beaux concerts et surtout beaucoup d’amour. Car aussi paradoxal que cela puisse paraître, de Slayer à Dark Tranquillity en passant par No Fun At All ou ce bon Philou, tout n’a été qu’échange de marques d’affections entre ceux qui font la musique et ceux qui l’écoutent. Rarement j’ai ressenti ça aussi fortement sur un festival.
J’ai envie de dire vivement 2020 quelle que soit l’affiche tant que ça ne dure que 3 jours. Parce que 4 jours, pour paraphraser le grand philosophe Roger Murtaugh « I’m too old for this shit ».

Sinon à votre avis, Manowar, ils nous ont manqué ou pas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *