Testament – Titans Of Creation

Au rythme sénatorial d’un album tous les 4 ans depuis 2008, Testament nous sert pile dans les temps sa nouvelle offrande Titans Of Creation. Est-ce que ce titre pompeux est de bonne augure? P’tet bien oui.

Et il serait grand temps! Parce que franchement depuis 2008, voire même 2001, tout ce que nous sert Testament est bien/bof. Donc à part faire une vanne sur le côté titanesque du machin que puis-je vous dire? Que c’est le meilleur album de Testament depuis 1999 et le chef d’oeuvre qu’est The Gathering? OUI.

Carrément? on en est là? Oui. Dès les premières secondes de Children Of The Next Level le ton est donné parce que cette rythmique type rouleau compresseur signée Gene Hoglan. WHO ELSE? Car je vous le rappelle, Testament a sans doute la meilleure section rythmique du Thrash voire du Metal tout court avec Gene Hoglan et Steve DiGiorgio. Revenons-en à nous moutons. Si il n’y avait que ces 2 là en feu, la fête ne serait pas complète. Le duo Skolnick/Peterson marche sur l’eau tout l’album durant. Certes on est terrain connu stylistiquement mais c’est ça qu’on aime. Ces riffs massifs qui attaquent dans le vif y’a bon. Reste Chuck Billy, égal à lui même en patron et toujours avec un peu de délai sur sa voix. Une belle mécanique bien huilée qui subitement retrouve de sa superbe après une période de ventre mou assez inexplicable. Sérieusement, sur WW III ce que sort Hoglan sur ce morceau est complètement fifou. Dream Deceiver s’impose aussi pour moi comme un futur classique. Je ne vais pas passer en revue tout ce qui fait que cet album fonctionne du feu de dieu comme il le fait mais quel pied, nom de Zeus!

Avec un peu de recul, ce qui fait de mon point de vue une grosse différence entre les précédents albums du groupe et celui-ci est la qualité d’écriture. Tout est plus fluide, moins forcé et ça n’en est que plus efficace. Cela se ressent également dans la prod du disque avec une basse bien mise en valeur dans le mix et à laquelle on fait la part belle dans certains titres (City Of Angels). Idem pour ce qui est des harmonies de guitares, on sent un groupe vraiment inspiré et en total maîtrise.

Testament a retrouvé une seconde jeunesse avec des titres monstrueux de puissance. Ca tabasse, c’est d’une classe folle, on prend un pied infini en écoutant Titans Of Creations et mieux encore, on a envie de se le remettre parce que le nez en sang n’est pas suffisant. On a envie du KO technique.