Hatebreed – The Concrete Confessional

Le petit dernier, vieux de 3 ans déjà, n’était pas fameux. Est-ce que The Concrete Confessional va permettre à Hatebreed de retrouver ses lettres de noblesse?

Hatebreed - The Concrete ConfessionalVaste question n’est-ce pas? Pour tout dire, je suis très partagé concernant cet album.
En effet, il est clairement différent de ses prédécesseurs en assumant clairement une parenté Metal. Mais il marque aussi un retour vers des sonorités et des plans plus entendus depuis fort fort longtemps chez Hatebreed – certaines renvoyant à Satisfaction Is the Death of Desire (oui je sais ça commence à dater).

Tout cela nous donne un disque qui me paraît bancal. Comme je le disais, The Concrete Confessional est différent des autres disque du groupe car on sent qu’ils ont envie d’aller au delà du mélange qui a fait leur succès, c’est-à-dire de mettre du Metal dans leur Hardcore ou du Hardcore dans leur Metal (tout dépend quelle est votre chapelle de prédilection). Ici il y a comme une sorte de scission entre les 2 genres avec des morceaux lorgnant vers le Thrash et d’autres renvoyant à Satisfaction. Dans le genre grand écart, ça se pose là. Concrete donne la sensation de se chercher, un peu comme si on demandait à un gosse de choisir entre son père et sa mère. Il hésite, par dans un sens pour mieux revenir dans l’autre, tente des choses ici ou là – si on m’avait dit qu’un jour j’entendrai du blast dans Hatebreed j’en aurai mangé ma casquette. Bref il ne sait pas trop où il va malgré une évidente envie de bien faire mais surtout, il souffre du même mal que The Divinity Of Purpose: il lui manque un hit en puissance. Les extraits sortis par Nuclear Blast ont agréablement surpris car ils montraient un retour aux sources HxC du groupe, mais comme ils ne sont absolument pas représentatif de l’album, certains seront déçus. Pire encore, ils ne ne constituent, selon moi, pas des titres accrocheurs comme il y en a à foison de le catalogue des ‘ricains.

Loin de moi l’idée de les gazer, j’ai suffisamment reproché à Hatebreed de jouer la facilité en capitalisant sur leurs acquis. Là ils évoluent, c’est bien, voir même très bien mais le chemin choisit n’est sans doute pas le bon où du moins, il ne me parle pas.
A moins qu’il ne soit simplement trop Hardcore pour moi que c’est pour cette raison que je n’accroche pas (spoiler alert: ce qui vous permet aussi de savoir à quelle chapelle j’appartiens).