24 mois Necrogenesis, Nordjevel se rappele à notre bon souvenir avec un EP de 4 titres qui, grosso modo, en est la suite logique.

L’avantage avec Nordjevel c’est qu’on sait où l’on va, comment on y va et avec qui. Le groupe a fait son fond de commerce avec un Black Metal aussi basique que brutal et ne débit pas d’un iota de sa route.

Capable malgré tout de quelques « fantaisies » comme des changements de tempos pour imposer des ambiances inhérentes au genre, les norvégiens réservent peu de surprise.

Néanmoins tout au long de ces 3 nouveaux titres, le 4ème étant un « live » à la prod étonnamment parfaite, notre quatuor s’offre justement des fantaisies.

La chanson titre alterne entre tempo lent soutenu par quelques choeurs et accélérations où une lead malsaine traîne en fond sur le couplet. Rien de révolutionnaire mais ça fonctionne. Gnawing The Bones est tout l’opposé, on tire d’abord on pose les questions – si besoin – après. Ca va vite, c’est tranchant en plus d’être teigneux et malsain juste ce qu’il faut (merci la lead cradingue sur les couplets). Reste Rovdyr qui est elle aussi « une fantaisie ». Du moins en apparence. Lente au début pour mieux attaquer par surprise avant de se caler sur un mid tempo simple mais efficace. L’ambiance fonctionne parfaitement mais ce qui rend la chose particulièrement jouissive est la prestation de Dominator à la batterie. V’la l’animal.

Rien de nouveau sous le soleil. C’est « propre » et efficace, ça ne révolutionne rien c’est juste là pour se faire plaisir et c’est réussi. Comme dirait Lepers: « AH OUI OUI OUI ».