Austrian Death Machine - Triple Brutal
Austrian Death Machine - Triple Brutal

Austrian Death Machine – Triple Brutal


4/5
 

Imaginez le chanteur d’un groupe de Metalcore à succès montant un projet parodico-déconnant ayant pour concept de base la filmographie d’Arnold Schwarzenegger. Imaginez que le gars en question embrigade tout un tas de zickos à venir faire les fous en studio. imaginez que ça fait maintenant 2 albums que ça dure et que Triple Brutal est la troisième.

Maintenant imaginez le même gars ayant des méthodes pas très catholique (HAHA) pour se séparer de  sa femme… car oui le cerveau de cette affaire n’est autre que Tim Lambesis, hurleur chez As I Lay Dying qui entre 2 recherches pour trouver un tuer à gages pas cher trouve le temps d’enregistrer cette pépite de second degré.

Austrian Death Machine - Triple Brutal

Les 2 précédents étaient bons – j’étais d’ailleurs persuadé d’en avoir parler ici mais il semble que non après tout – celui-là est « bigger than life ». Le premier titre donne le ton du bouzin, Big Arnold himself donne de la voix en intro de certains titres et ses interventions entre les morceaux sont simplement merveilleuses – Brutal Recall est à ce titre sublime dans le genre. Brutal Recall? Oui Brutal Recall, tant qu’à faire tous les titres sont ou font allusions à des répliques et/ou des films de ce bon Arnold. Evidemment, les paroles sont à l’avenant. La crise de rire devant celles de I’ll Be Back. I’ll Be Back qui se trouve d’ailleurs être le premier extrait de Triple Brutal et qui donne une bonne idée du niveau de l’ensemble.

Musicalement, c’est du As I Lay Dying en encore un peu plus énervé et j’ai presque envie d’ajouter en plus inspiré. Là où les derniers opus d’AILD finissaient par devenir chiant, ici le second degré et l’inspiration dont fait preuve Lambesis font plus que le taff. ajouter par dessus une prod absolument monstrueuse avec une basse omni présente, une gratte rythmique aussi massive que la lead est incisive, un mixage qui met tout le monde d’accord et vous obtenez Triple Brutal.

De là à dire que c’est un chef d’oeuvre, il y a un pas que je ne franchirais pas. Mais Triple Brutal fait le taff et c’est tout ce que je lui demande. Aussi agréable à écouter que divertissant – pour peu qu’on capte les paroles et les références aux films je vous le concède, c’est pile le genre de truc que je cherchais depuis le début de l’année et je l’ai enfin trouver.
Et de toute façon, un disque qui fait référence à Commando et Pumping Iron part avec une longueur d’avance sur les copains hein!

Précédent

Steel Panther – All You Can Eat

Suivant

Pantera – Far Beyond Driven 20th Anniversary Edition

2 Comments

  1. raphnqnt

    Faut que j’écoute ça… Commando, toute ma jeunesse !

    • A propos de Commando, il y a un morceau qui est lui dédié sur ce disque. Je te laisse découvrir lequel 😉

Bring The Noise - Créé en 1997, rescucité en 2012, toujours debout en 2021.