MGLA – Age Of Excuse

Comme son géniteur il y a quelques années, Age Of Excuse sort de nulle part sans tambours ni trompettes. Mais que vaut donc le petit dernier des polonais de MGLA ?

Rarement un groupe de Black a connu une ascension aussi fulgurante et est devenu pour certains une référence dans le genre. Les mauvaises langues diront que c’est un coup des hipsters du Black Metal. Les mêmes qui ont portées aux nues Zeal & Ardor et plus récemment Batushka avant de cracher dessus en disant que c’est devenu trop mainstream.
Mais ce n’est pas le sujet.

MGLA revient donc aux affaires avec un nouvel album intitulé Age Of Excuse, comme si les mecs savaient pertinemment qu’ils allaient avoir quelque chose à se faire pardonner – notez bien que c’est le premier truc que je me suis dit avant même d’avoir écouter le disque. Et en l’écoutant, je me suis rendu compte que mon esprit taquin n’est pas tombé très loin de la vérité.
Age Of Excuse est-il un mauvais disque? Grand dieu non. Quand on a pondu With Heart Towards None, on ne peut pas, on ne doit pas sortir une merde. Si Exercices In Futilty n’avait pas le niveau de son prédécesseur, il restait quand même solide sur ses appuis mais que dire d’Age Of Excuse? « More of the same » comme dirait les marketeux.

Scolaire, MGLA nous ressort avec application sa meilleure recette en prenant soin ici ou là de mixer les différents ingrédients pour que ça sonne pareil mais trop non plus. Un riff de fond sur lequel on colle un guitare plus mélodique, des rythmiques en apparence délirantes mais totalement recyclées et une ligne de basse aux abonnés absents, le tout avec un chant monocorde au possible. On en arrive même par moment au stade du « ha tiens ce riff là je l’ai déjà entendu là » sur certains titres.
Si prod est de bonne facture, elle n’a pas la puissance et encore moins la précision de ce qu’on a pu avoir par le passé sur un disque de MGLA – je pense à Excercices In Futility notamment.

Age of Excuse est une sorte de pot pourri du savoir faire des polonais. Ca renvoie à ce qu’ils ont pu faire de mieux mais ça n’en a hélas ni le feeling ni l’inspiration. Pas désagréable mais génial non plus.

Le néophyte curieux trouvera ça bien et ira creuser la disco du groupe pour se rendre compte que c’était mieux avant. L’habitué piquera un roupillon en l’écoutant. Le fanboy vous dira que c’est le meilleur album du groupe et le hipster Black Metal vous dira que c’est de la merde sans l’avoir écouter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *