Maximum the Hormone - Yoshu Fukushu
Maximum the Hormone - Yoshu Fukushu

Maximum The Hormone – Yoshu Fukushu


5/5
 

« Ouais tu nous casses les couilles avec le dernier Ill Niño et après tu nous sors des skeuds vieux d’un an… » tel est le genre de message que j’aurais pu recevoir si d’aventure des gens lisaient ce que j’écris. Et pour le coup ils n’auraient pas eu tort.

Maximum The Hormone est un groupe de heu… Metal/Hardcore/Punk/Pop/Ska/je suis jap donc j’ai un très gros pet’ au casque dont Yoshu Fukushu est le septième album.

Maximum the Hormone - Yoshu Fukushu

« Septième? Alors pourquoi t’as attendu aussi longtemps pour nous en parler? » pourrait ajouter notre lecteur virtuel un peu rageux. Parce que c’est la première fois que je prends le temps d’écouter un de leurs albums. Et punaise… c’est simplement mortel. Cet improbable mélange des genres et les 3 voix différentes offrent un mix détonnant qui fonctionne du feu de dieu.

Oui 3 voix… et dans des registres hyper différents de surcroît. Daisuke, chanteur principale, a une voix très coreuse mais peut se permettre de passer des hurlements propres au coreux au growl caverneux qui envoie des rondins. Maximum the Ryo, le guitariste, a une voix plus classique qui fait souvent office de coeur. Quant à Nao la batteuse, c’est elle qui se charge du chant pop en plus d’imprimer des tempos du genre soutenus derrière son kit.

Pour ce qui est des morceaux, difficile d’en trouver un qui serait typique du groupe tellement ils sont tous atypiques du fait du mélange des genres mais aussi du fait qu’ils ont tous une structure différentes. Alors oui il y a bien des couplets, refrains etc… mais tout est fait suivant l’humeur du moment quand les titres sont composés. On reste cependant sur une grosse Punk avec en plus une basse vrombissante façon Red Hot Chili Peppers.

Leur musique est extrêmement difficile à décrire tellement elle regroupe des genres et d’influences diverses. C’est complètement craqué, ça part dans tous les sens sans raison avec parfois de furieux accès de folie destructrice… bref la seule chose dont on peut être sûr c’est qu’en plus de sa fabuleuse prod, Yoshu Fukushu est une boucherie sans nom durant laquelle on ne s’ennuie jamais.

Album atypique pour groupe non moins atypique dont il est très très difficile de parler.
Mais il y a bien une chose à retenir: CA POUTRE!

« Ce foutage de gueule! tu nous fais poireauter un an pour nous dire que tu sais pas quoi dire à part que c’est bien? Salow! »

Précédent

Ill Nino – Till Death, La Familia

Suivant

Motocultor 2014

6 Comments

  1. raphnqnt

    Hey hooo, je suis là moi 😀

    • Ha ben ça va alors! Me voila rassuré de savoir que j’ai au moins UN lecteur (et fidèle en plus) 😀

      • raphnqnt

        Très longtemps même ! D’ailleurs j’attends ta chronique du dernier Darkest Hour, groupe que j’écoute depuis presque 10 ans à cause de toi 😀

        • Et comme moi tu trouves ça de plus en moisi 🙂
          Mais tu saisiras sans doute l’occasion de donner ton avis sur la chose le moment venu !

  2. Antho

    Hey mais moi aussi je li tes articles, d’autant plus si tu parles de MTH. Bon ok je suis plus fidèle aux fests reports… 😛

    D’ailleurs pour te prouver que j’ai lu je vais me permettre une pôtite correction : Maximum the Ryo est le frère de Nao et non de Daisuke 🙂 (oui môssieur c’est très important !!!)

    Pour ce qui te fait penser au Red Hot, pour la petite anecdote le bassiste Ue-chan est un gros fan de Flea, tellement qu’il s’est fait des tatouages à plusieurs endroits communs et certains assez ressemblant.

    Voilà, sinon très bon article de quelqu’un qui découvre ce groupe. Je te conseil l’album Rokkinpo Goroshi qui est un de mes préférés.

    Tchô !

Créé en 1997, rescucité en 2012, toujours debout en 2022.
Copyright © 2012-2022 Bring The Noise. Tous droits réservés.