Carpenter Brut – GosT

Vous reprendrez bien une dose de Carpenter Brut? Parce que moi oui!
Direction le fin fond de la grande banlieue parisienne pour un concert en petit comité.

C’est au File7 de Magny le Hongre qu’il fallait se rendre pour voir Mr Brut et son crew venir délivrer leur bonne parole et il sont venus avec GosT dans leurs valises (non pas ce Ghost là, un autre).

La salle affiche fièrement un « complet » sur les posters à l’entrée en ce frais samedi soir, les 600 places ayant trouvées preneurs.

C’est GosT, artiste synthwave originaire du Michigan qui ouvre les hostilités. Masqué, notre homme déboule sur scène armé de sa basse et de quelques claviers/samplers en guise de matériel.
Clairement orienté dans un registre plus sombre et violent que Carpenter Brut, il met un bon moment à chauffer une salle pourtant déjà bien pleine. Le mec ne s’en laisse pas compter et balance tout ce qu’il a comme si de rien était. Sur les 45 minutes de set, il en aura bien fallu une grosse vingtaine pour que le public réponde présent et s’agite. Alternant compo à la basse ultra saturée et titres avec des claviers « plus conventionnelles », on passe de l’électro violente limite indus/hard tek à un univers un peu plus léger mais toujours très sombre.
Perso je n’ai pas été convaincu plus que ça par la musique, en revanche rien à redire sur la prestation du monsieur. Tenir une scène seul comme il l’a fait, c’est un morceau bravoure qu’il faut renouveler tous les soirs et rien que ça mérite le respect.

Une fois le changement de plateau effectué, il faut attendre encore un petit moment avant qu’Africa de Toto ne retentisse, signe que les choses sérieuses ne vont pas tarder à commencer. Ceux qui savaient se sont préparés, les autres…
22h15 pétantes, PAF! C’est parti pour 1h10 de set. Côté setlist, zéro surprise, c’est toujours la même qui est déroulée – vous saurez d’ailleurs pourquoi elle ne change pas dans l’interview qui arrive. Hé ouais, gros teasing!
Ayant choisi de me poster pile au milieu de la scène et au premier rang pour d’évidentes raisons photographiques, je serai aux premières loges pour profiter du spectacle. A vrai dire, si on a déjà vu le groupe sur scène, c’est une autre façon d’appréhender le concert. Quand on est plus au fond de la salle, on a tendance à être plus capter par l’écran que par ce qui se passe sur scène alors que quand on est devant c’est l’inverse. On remarque plein de petites choses. Les musiciens qui se charrient, les pains… parce que oui il y en a! Quelques petits ratés au clavier, des contre-temps à la batterie. Mais rien qui ne nuise à l’expérience d’un concert de Carpenter Brut quelque soit l’endroit  où l’on se trouve. Dans tous les cas ça déboîte!
Il aura fallu un titre en mode préchauffage pour le public et après ce fut non-stop action jusqu’à la fin du set! On a senti les habituelles baissent de régime sur les titres de Leather Teeth alors que le moindre morceau de Trilogy embrasait la salle. Mention spéciale à Turbo Killer, Sexkiller On The Lose et surtout The Perv où les mecs ont carrément fait un wall of death. Ca plus l’instant « chapeau »…  Maniac verra un public plus fou que jamais se déchaîner en guise d’embrasement final. Profitant du solo, Mr Brut viendra me piquer mon téléphone pour aller prendre en photo son compère à la guitare. Du très grand nawak comme on aime.

Troisième fois cette année que je vois le groupe et je ne m’en lasse pas. Superbe concert, superbe ambiance, son au top, public totalement fifou et salle parfaite pour ce type d’événement. ENCORE.

Merci à NoQuarter Prod pour le pass photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *