Jonas Renkse & Anders Nyström (Katatonia)

C’est dans la sombre et humide cave du Black Dog devant un demi croissant et un café froid, une bière à la main que nous avons eu la chance de rencontrer les 2 fondateurs de Katatonia, Jonas et Anders venus à Paris pour la promotion de leur nouvel album.

Katatonia - Night Is The New Day

Flaw : Alors après 18 ans de vie commune avec Katatonia, quel est votre retour d’expérience ?
Jonas : Tout d’abord 18 ans cela nous faire sentir … vieux ! (Rires) Ce que je veux dire c’est que nous sommes très fier d’avoir parcouru autant de chemin. Tu sais, Katatonia c’est tout pour nous. C’est ce que nous sommes, ce que nous voulons faire, nous ne pourrions pas faire autre chose. Nous sommes juste heureux d’être ici de sortir notre … euh
Anders : huitième album…
Jonas : Oui, c’est ça notre 8ieme album. Les temps ont parfois été durs mais nous n’avons jamais pensé à quitter le groupe. Ce n’est pas une question de succès, de la taille du groupe ni de sa reconnaissance mais de sa capacité à garder le même line up, à être confient et fier de ce que tu fais aussi longtemps que tu le peux. C’est vraiment de l’or pour nous.Anders : C’est aussi un accomplissement pour nous de jouer pour plein de gens qui aiment notre musique. C’est parfait !
Jonas : Nous ne pourrions pas avoir meilleure récompense ! Voir les gens apprécier la musique que tu joues.Anders : C’est la meilleure chose que l’on puisse avoir.

Flaw : Comment êtes vous arriver à vous supporter les uns les autres pendant aussi longtemps ? Parce qu’à un moment ou à un autre on a envie de se taper dessus !
Jonas : Nous avons connu cela ! (Rires)Anders : Oh oui…

Flaw : C’est quand même rare de nos jours de voir qu’un line up n’a pas changé en 18 ans.
Jonas : Nous sommes suédois, nous sommes plutôt bien élevés (Rires). Je ne sais pas, je pense qu’il s’agit juste de trouver les bonnes personnes avec qui tu as un feeling ou tu veux travailler. C’est quelque chose que tu sens instinctivement. Avant 99, nous avions énormément de problème avec les gens tu sais. Par forcement au niveau line up mais à trouver des personnes près à nous épauler. Ils ne partageaient pas notre vision des choses. Ils ne voulaient sacrifier autant que nous le voulions. Comme je l’ai dis, ca n’a pas toujours été une partie de plaisir. Tu n’as pas de thunes, tu t’accroches mais tu n’as rien à manger… Et tout le monde n’est pas près à faire ce genre de sacrifice sur le long terme. Et je pense que tous les gars du groupe savent de quoi il en retourne. Alors bien sur, nous avons eu des bagarres et des maux mais nous sommes ensemble pour le même objectif. Et le périple est là, c’est juste un voyage que nous n’avons qu’à apprécier !

Flaw : Si on regarde un peu arrière, on peut dire que votre musique a clairement évolué entre ses débuts et maintenant. Je discutais avec des amis au sujet de votre interview et ils m’ont rétorqué : « Oh Katatonia ! Juste les 3 premiers sont valables ! Maintenant il font de la merde…» Je voulais savoir vous aviez gérer ça avec vos fans. Il  a toujours des gens pour critiquer et n’aimez qu’une période…
Anders : C’est exactement ce que tu viens de dire. Il y en aura toujours pour dire ce nouvel album c’est de la merde, c’était mieux avant. Il faut savoir ignorer ce genre de chose parce que si nous écoutions tout le monde ca ne fonctionnerait pas. Nous faisons cela avant tout pour nous. C’est le genre de musique que nous aimons et c’est ce qu’on fait. Et bien sur, au fur et à mesure des années la musique évolue car nous ne sommes plus les mêmes personnes qu’au début du groupe. Nous avions 16 ans à l’époque…
Jonas : Whooo !
Anders : Et maintenant, nous sommes plus âgés et c’est différent. Je crois que la plupart des gens comprennent cela. Ils choisiront de continuer à nous écouter car ils considèreront que nous évoluons dans la bonne direction ou ils trouveront un autre groupe à écouter. Nous ne pourrions pas l’envisager d’une autre manière. Il y a pléthore de groupes que j’aimais qui ont changé de style et je n’ai pas aimé ce qu’ils faisaient donc je n’écoute plus. Il y a tellement de musique à écouter que l’on peut toujours trouver quelque chose de nouveau à écouter qui conviendra mieux à tes goûts.
Jonas : Je crois qu’il faut avoir du respect pour le groupe, les gens doivent comprendre que nous n’avons plus 16 ans… Peut être que nous n’avons envie de refaire cet album encore et encore. Peut être trouvons nous notre challenge dans le fait d’avoir une voix claire et qui nous permets d’aller explorer des terrains inconnus auxquels nous n’aurions pas eu accès si nous nous étions limité aux growls. C’est comme un mur devant nous et être obliger de le franchir à chaque fois. Ce n’est pas très intéressant pour nous. En même temps, nous n’avons rien contre les growls, nous avons même un side project qui s’appelle Bloodbath qui est du pur death metal. Nous sommes des gros fans de death mais l’évolution de Katatonia nous a amené sur d’autres chemins. Si les gens disent que nous étions bons sur les 3 premiers albums, je suis d’accord avec eux, nous étions bons ! Mais ils sont là, ils peuvent les écouter et zapper le reste.

Flaw : Une des caractéristiques endémiques de Katatonia est la tristesse et les ténèbres qui apparaissent au cours de toutes vos sorties, comment estimez vous que le changement de styles vocaux le reflète ?Anders : Je pense que le chant clair nous donne plus d’espace pour expérimenter le style que nous aimons. Nous aimons la musique dark et c’est ce que nous faisons. Le chant clair nous permets d’intensifier la musique ce qui impossible avec des growls. Je pense que nous sommes plus dark que nous ne l’avons jamais été. Bien que certains diront que nous étions plus dark avant…
Jonas : C’est intéressant car cela reflète l’étroitesse d’esprit des gens. Ils voient juste le fait qu’il y ait des growls ou pas. Ils ne réalisent pas que peut être si on mettait du Katatonia actuel à l’époque cela serait fatal s’il y avait des growls. La musique n’a pas tellement changé, donc aller du j’aime au je n’aime pas n’a pas vraiment de vraisemblance pour moi. Ils ont juste vu que nous n’avions plus de growls donc nous n’étions plus heavy. Nous sommes toujours un groupe heavy, il y a toujours de la distorsion sur la gratte, ce n’est pas que acoustique, tu vois ce que je veux dire ? (Rires)Ca en ait drôle de voir à quel point certains metalleux peuvent être étroit d’esprit. Malheureusement !

Flaw : C’est toujours le problème !
Jonas : Mais ils ne sont pas tous comme ça heureusement ! (Rires)

Flaw : Vous avez sorti un album live il y a 2 ans je crois, mais votre précédent « vrai » album est de 2006. Qu’est qui vous a pris autant de temps pour réaliser celui la ? 3 ans tout de même ! Vous prenez votre temps dans votre manière de composer ?
Anders : Avant tous le temps s’envole !
Jonas : Il passe bien plus rapidement que dans le passé !
Anders : Bien sur, cela prends du temps de réaliser un album de Katatonia. Ce qui nous prend le plus de temps c’est de trouver la motivation de s’asseoir et être à l’aise avec le fait que nous allons faire quelque chose de nouveau. Car nous avons énormément de pressions venant de nous mais aussi des fans, le label…
Jonas : les deadlines…Anders : Donc trouvez la motivation… sans oublier que nous avons fait 2 sorties avec Bloodbath ce qui nous a pris aussi beaucoup de temps. Nous avons aussi fait pas mal de tournées dont 2 aux US. 1 tournée européenne et un grand nombre de festivals.
Jonas : Voilà les 3 ans !

Flaw : Le temps passe trop vite …
Jonas : Trop vite ! S’il vous plait, moins vite ! (Rires)
Anders : Je crois que c’est vraiment il y a un an que nous avons commencé à plancher dessus. Et que nous nous sommes rendu compte que le temps ne nous attendait pas et qu’il était temps de faire un nouvel album. Nous savions aussi que nous l’avions en nous quelque part. Nous élions impatients de le sortir. Juste le temps de se poser et de composer à nouveau.
Jonas : C’est ce que nous avons fait et nous voilà !!! (Rires)

Flaw : Alors comment vous nous présenteriez votre nouvel album « Night is the new day » ?
Jonas : Oooooh (soupirs)…Les gens peuvent s’attendre à ce que se soit un album de Katatonia, il sonne Katatonia. Ca ne sera pas quelque chose de différent dans le sens où tu ne reconnaitras pas quel groupe c’est. Nous avons un style bien marqué et nous ne voulons pas nous en éloigner. Nous étions tellement heureux avec « The Great Cold Distance » que nous nous sommes dits faisons un album comme celui là mais en mieux sur tous ses aspects. Nous ne savons pas s’il est mieux ! C’est vous qui le savez !!! (Rires).  Mais nous avons fait de notre mieux. Si nous n’étions pas sur qu’il serait le mieux possible, nous ne serions pas sortis du studio, nous y serions encore. Je pense qu’il représente ce que Katatonia a toujours été : la beauté, un message personnel, une atmosphère sombre.
Anders : Et cet album possède tous cela encore plus que les précédents. Car il est plus atmosphérique les précédents. C’est quelque chose sur laquelle nous avons travaillé. Il est plus varié, en tirant de nos influences à tous et de tous styles musicaux que nous aimons. Et nous avons essayé d’en faire quelque chose de personnel qui nous ressemble. Et je crois que c’est un truc qui transparait bien quand on écoute l’album.

Flaw : Je suis assez d’accord. Quand j’ai écouté l’album sur certains morceaux comme « Idle Blood »  je n’ai pas pu m’empêcher de penser, ca me rappelle quelque chose… Opeth. Et je ne dis pas ça parce que je sus une grande fan que j’ai le t-shirt, hein ! (Hilarité générale) De plus, j’ai été stupéfaite par le son et le progrès que ta voix a fait.
Anders : Yeah. Je crois qu’en plus c’est un des morceaux clés de l’album. Il est très différent, plus court. C’est aussi un morceau qui définit très bien l’album en soi. Il montre bien que l’album n’est pas que metal ou prog et c’est quelque chose qui est important d’avoir sur ce genre de sortie.
Jonas : Et puis même pour Mike ce morceau lui correspondrait ! Tu n’as pas entièrement tord dans ce que tu dis !
Anders : C’est son style !
Jonas : Grave ! Nous avons le même intérêt pour la musique. Nous parlons constamment de musique, nous avons les mêmes goûts, et dans ce cas là, les influences remontent dans les années 70 et c’est là qu’ils tirent une grande partie de leur inspiration. Nous avons utilisé le même genre d’instrument (guitare acoustique etc..), et c’est la recette en fait ! Donc forcément nous allons sonner plus ou moins pareil Ce qui nous convient tout à fait ! Nous adorons Opeth !

Flaw : Ca me va bien aussi…(Rires)
Jonas : Ah et bien nous sommes tous d’accord !! (Rires)

Flaw : Plus sérieusement, quels sont les retours de la presse sur l’album ?
Anders : Fantastique jusqu’ici ! Ils sont mêmes meilleurs que ceux à quoi nous nous attendions ! Nous sommes très fiers de cet album, nous savons qu’il est fort.
Jonas : D’ailleurs Il y a quelque chose qui cloche ! Où est la haine ?????? (Rires)
Anders : Nous avons du faire quelque chose de mal parce que tout le monde apprécie l’album ! (Rires)

Flaw : Ah nous avons encore les étroits d’esprit pour critiquer !
Jonas : Aaaah heureusement qu’ils sont là !!!

Flaw : Si vous deviez choisir juste quelques morceaux pour représenter l’album quels seraient ils ?
Jonas : C’est dur ça …
Anders : Très dur même ! Parce que …
Jonas : Nous avons fait l’album de tel sorte qu’il s’écoute d’une traite. Nous avons passé excessivement de temps à choisir la tracklist, pour quelle soit la plus fluide possible. Nous avons tellement écouté les morceaux et étudier toutes les possibilités que cela devenait évident si un morceau n’était pas à sa place cela perturbait l’équilibre de l’album. Une fois que nous avions trouvé la bonne combinaison, nous pensons que l’écoute se fait du début jusqu’à la fin. Chaque morceau représente quelque chose de différent sur l’album. « Idle Blood » se réfère plus aux 70ies.« Nephilim » rappelle plutôt notre période doom, et est donc plus heavy. Nous avons 2 morceaux qui sont estampillés Katatonia c’est-à-dire heavy et atmosphérique en même temps.
Anders : La dernière est très différente du reste aussi
Jonas : Clairement !

Flaw : Personnellement, j’ai une petite préférence pour les 2 dernières ! « Departure » et «  The day and then the shade ». Je trouve que c’est 2 là sont vraiment brillante !
Jonas : C’est bien ça !!!!! En plus « The day and the shade » est le prochain single. Bon choix !Et le dernier morceau, comment le mettre autre part qu’en dernier !

Flaw : Vous avez déjà mentionné Bloodbath plusieurs fois, donc je vais faire une petite aparté avec ! Nous sommes fans aussi donc…
Jonas : Nous aussi nous sommes fans ! (Rires)On les adore !

Flaw : vous avez dit que durant ces 3 ans vous aviez travaillé sur Katatonia mais aussi su Bloodbath. Quels sont les projets de Bloodbath ? Vous avez sortis un album il y a à peine un an… Vous avez pour projet d’en faire un autre …?
Jonas : quand nous trouverons le temps ! Mentalement, je pense que nous sommes prêts pour un autre album de Bloodbath parce qu’on s’éclate vraiment, que c’est gratifiant … Mais il s’agit surtout de confronter les emplois du temps de tout le groupe. Les gars sont incroyablement occupés et nous allons l’être aussi très prochainement ! Mais les plans sont que nous puissions jouer sur quelques festivals l’été prochain.
Flaw : Hum. Festivals ? Est-ce que vous envisagez un jour de faire une « vrai » tournée même si je sais que ce n’est pas évident entre Opeth et Katatonia ?
Jonas : Et bien tu y as répondu toi-même, c’est vraiment trop compliqué !

Flaw : Oui je sais mais en fait je garde espoir ! En France, c’est tellement compliqué de voir certains groupes et ca ne fait qu’empirer ! Je vous ai vu avec Bloodbath à Wacken en 2005 pour son premier concert mais il a fallu que je bouge pour ça !
Jonas : Alors tu es sur le DVD !!!

Flaw : Je crois qu’on me voit à un moment dans la foule ! (Rires)
Jonas : Mais vous avez un très beau festival ici, le Hellfest !

Flaw : Il est tout beau tout neuf… enfin presque. Vous y avez joué d’ailleurs l’année passée ! Ca c’est bien passé ?
Jonas : Oui, nous avons adoré jouer la bas. Il va encore grossir et devenir vraiment bien ! Même s’il l’est déjà !!

Flaw : Peut on espérer vous voir la bas en 2010 ?
Jonas : Yeah. Préparez vous pour le Hellfest l’année prochaine !

 

Jonas Renkse & Anders Nyström (Katatonia)
Jonas Renkse & Anders Nyström (Katatonia)

Flaw : Et là vous allez bientôt tourner avec Porcupine Tree ?Jonas & Anders : Oui, le mois prochain.
Jonas : En Scandinavie seulement. Ils ont splitté leur tournée européenne avec 3 groupes différents. Et nous avons l’honneur de les épauler sur leur tournée scandinave. Ce qui va être bien ! C’est un bon package ! Et une semaine après cela nous irons en Grande Bretagne pour supporter Paradise Lost. Pour une semaine je crois, ce qui est aussi un bon package !

Flaw : Vous êtes de gros fans de Paradise Lost.
Jonas : Clairement, nous sommes d’énormes fans !

Flaw : Vous devriez jeter une oreille sur le nouveau alors parce qu’il est vraiment bon !
Jonas : Nous n’avons pas eu l’occasion de le faire, mais nous n’y manqueront pas !

Flaw : Et vous pensez un jour passer nous voir chez nous en France tout de même !
Jonas : Oui, l’année prochaine ! Au printemps, en tête d’affiche. Comme ca nous pourrons jouer plus longtemps ! 45 min ca ne fait pas lourd…

Flaw : Oui c’est toujours frustrant pour les fans quand tu te dis que tu vas à un concert juste pour la première partie donc pour 45 min…
Anders : Ca coûte cher aussi à force. Nous sommes en train de booker notre tournée européenne donc … les dates devraient être disponible incessamment sous peu. A priori, il y aura 2 dates en France.
Jonas : Paris, évidemment ! Mais aussi surement Lyon…

Flaw : Ou Strasbourg…
Anders : Keep your hopes !

Flaw : Honnêtement moi Paris seulement ca me convient très bien ! (Rires)Un peu plus sérieusement pour en revenir à nos moutons. Vous considériez « The Great Cold Distance » comme votre masterpiece. C’est toujours le cas avec le sortie de votre nouvel opus ?
Jonas : C’est très dur car nous avons besoin de prendre un peu de recul vis-à-vis de tout ça. Nous sortons tout juste de studio où l’on vient de passer 2 mois…Nous avons un peu « gâché » notre été à ça…(Rires) Ce qui nous convient car nous faisons cela pour l’art ! Ah ah ! Comme je l’ai dis avant nous sommes vraiment très heureux avec « The Great Cold Distance » mais l’excitation pour le nouvel album est là et plus fort aussi. Nous attendons avec impatience de pouvoir le jouer en live. Anders : Nous verrons aussi comment les gens réagissent.
Jonas : Jusqu’ici ca a été bien mieux que sur l’album précédent. Donc il y quelque chose qui va bien ou qui cloche ?!?! Nous sommes très excités, je pense que les 2 albums sont bien liés l’un à l’autre. Ils représentent… Je pense qu’il est juste de dire que si tu as aimé TGCD tu aimeras le nouveau et vice versa !

Flaw : Comment en êtes vous arrivez à ce concept visuel pour le nouvel album ?
Jonas : C’est Travis Smith ! C’est un grand créateur d’art. Nous travaillons avec lui depuis 99. Nous nous entendons très bien avec lui et travaillons très bien ensemble.En fait, on vient le voir en lui disant, on sort un nouvel album…voilà le titre et là il se met au travail. Au fur et à mesure, nos lui donnons quelques titres, des paroles ou de la musique. Donc nous avons un aperçu de la cover très tôt dans le processus de l’album. Les couleurs utilisées aussi sont très importantes pour nous car quand nous composons nous savons déjà de quelle couleur sera l’album. Et avec cet album, nous sentions que nous n’étions pas encore prêts à passer à autre chose que le noir, le gris et un petit peu de rouge. Qui sont aussi les couleurs de TGCD. Mais c’est aussi pour cela que ces albums sont liés. Ils viennent de la même source. Et Travis quand il intervient dans le process c’est comme s’il devenait le 6ieme membre du groupe. Il sait ce que nous attendons, nous n’avons pas besoin de lui donner de quelconques directives. Il nous montre ce qu’il a fait et nous sommes en train d’applaudir ! Qu’il continue à faire cela et ca sera fantastique. Il sait ce qui nous correspond, nous n’avons rien à redire ! Nous sommes vraiment heureux de travailler avec lui !

Flaw : Oui, il est vraiment bon il travaille avec Opeth et Bloodbath aussi il me semble !
Jonas : Pourquoi devrions nous aller voir ailleurs ! Ils travaillent pour un grand nombre de groupes, parfois j’ai l’impression qu’il est trop utilisé mais en même temps ca ne devrait pas nous toucher car nous travaillons ensemble depuis déjà 10 ans.IL NOUS APPARTIENT !! (Rires)

Flaw : Vous avez quelque chose à ajouter à vos fans français ?
Jonas & Anders : Merci !
Jonas : Nous revenons sur la scène. Nous savons que nous avons négligé la France dernièrement, en y jouant pas assez et nous sommes très attentifs à changer ça !Anders : Les gens devraient écouter le nouvel album et venir nous voir en live quand nous viendrons !
Jonas : Yeah ! Let’s share the darkness (Rires)

Merci à Jonas et Anders pour leur bonne humeur et leur humour, à ma flicquette préférée pour son aide, à mon frère et à Flo (last but not least !)