Top nimp’ n°4 – Les reprises à la con

Quoi de mieux pour bien commencer l’année qu’un petit Top Nimp’ avec comme d’habitude, une liste des trucs improbables?
Aujourd’hui les reprises à la con.

Grande spécialité du Metal, la reprise est un sport dangereux. Souvent réalisée dans le cadre d’un hommage, elle sert aussi parfois à se défouler avec un résultat… disons inattendu.
Bref, voici la sélection maison – non exhaustive comme il se doit.

Nous allons débuter avec un des modèles du genre, qui de surcroît leur a permis de lancer leur carrière: voici Limp Bizkit avec Faith. Un classique si j’ose dire. Ils seront plus tard copiés par Orgy (avec Blue Monday) et Alien Ant Farm (avec Smooth Criminal) avec des résultats pour le moins mitigé.

Haaaa Britney Spears… cette machine à fantasmes (fut un temps) avec son air de pas y toucher, aujourd’hui elle prend le tarif musicalement et c’est Children Of Bodom qui martyrise Oops I Dit It Again.

Les Ten Masked Men ont eux aussi repris Britney (rien de sale je vous rassure) avec une version assez anthologique de Baby More Time (avec un mur de double passé à la postérité). Donc pour éviter de se taper 2 fois Britney, je vous propose un des nombreux chefs d’oeuvre des anglais spécialistes de la reprise version de Metal du trucs improbables (de Boney M à Jamiroquai en passant par les BeeGees): Effeil 65!

Bon jusque là c’était marrant, là non seulement ça se prend au sérieux mais en plus c’est pas terrible.

Ca c’est carrément interdit.

Plus léger mais pas forcément plus réussi.
Mon groupe australien favori The Berzerker (RIP) reprend rien de moins que le groupe russe de lesbiennes homophobes: TATU, avec cette version très personnelle d’All The Things She Said.

Et pour finir en beauté, la spéciale darons avec des Metalcoreux allemands qui reprennent Haddaway avec… HADDAWAY. Hé ouais! C’est pas top notamment grâce à ce break ridicule à 2:35. Mais je salue l’effort d’avoir réussi à impliquer Haddaway dans ce foutoir.

Bonus time

Parce que les reprises ce n’est pas que du grand nawak, nous finirons avec une des merveilles du genre:

Et pour voir ce que c’est un album de reprises réussis, je ne saurais trop vous conseiller de jeter une oreille sur l’excellentissime Nativity In Black – A Tribute To Black Sabbath dont le premier volume est un pur chef d’oeuvre.