Ghost – Ceremony And Devotion

Après 3 albums, 2 EPs et en attendant l’avènement de Papa Emeritus 0, Ghost se rappelle au bon souvenir de tout le monde avec un album live. Un joli cadeau pour les fans en cette période de fin d’année.

Car oui même si cette chronique est publiée en 2018, elle date de décembre 2017 (le 11 pour être précis) mais elle n’en est pas pour autant faisandée.

Alors, que dit ce live de Ghost? Que si on a déjà vu le groupe en live, il n’y a absolument aucune surprise à en attendre.
La setlist est celle que l’on a vu pour voir sur toute la tournée qui a suivi la sortie de Meliora. Côté prestation, on est dans le copier/coller jusque dans les vannes, ce qui est plus ou moins devenu la norme pour la plupart des groupes qui tournent de façon intensive.

L’affaire est pliée en 1 heure et 12 petites minutes. Pour un album live, je pense que l’on pouvait s’attendre à un peu mieux en terme de durée – un des effets pervers des tournées formatées. La setlist respecte un bon équilibre entre les albums et c’est toujours Monstrance Clock qui conclue le set. Le reste passe en revue ce qui fait désormais parti des classiques du groupes (Con Clavi Con Dio, Cirice, Year Zero, Mummy Dust etc…). L’interprétation est toujours clean, rien à redire là-dessus. Le pape des perverts pépères sait s’entourer de bons musiciens. Reste la nana au clavier qui prend toujours les mêmes libertés sur Mummy Dust avec toujours plus ou moins les mêmes effets.
Bref.
Côté prod, je doute que le son ait été aussi clean dans la salle. Trop bon pour être honnête mais ça aussi c’est devenu la norme. Reste la voix du Pape, nasillarde au possible sur les 2 premiers titres, comme si il était en plein tour de chauffe, ça devient nettement mieux par la suite.

Un rapide mot sur la pochette qui vaut son pesant de cacahuètes avec un Papa Emeritus plutôt bien membré. D’un goût tout à fait exquis.

Pour conclure, Ceremony And Devotion est un bon live. Oui il est juste bon, car d’un groupe comme Ghost, j’attends un peu plus qu’un bête album live d’un concert lambda. La machine est sur des rails et manque de folie. Dommage pour une groupe aussi bon.