Nineteen ninety seven mothafucka’s!

Comme tous les ans voici un petit récap’ de ce qui est sorti il y a 20 ans, toujours dans l’idée de voir si c’était vraiment mieux « avant » (ou pas).
Un petit trip régressif en somme.

Souvenez-vous, pendant que vous jouiez à Final Fantasy VII sur votre Playstation 1, votre soeur allait voir Titanic au cinéma en écoutant My Heart Will go On.
Sur le plan sportif, Mike Tyson mangeait (littéralement) Evander Holyfield, les Chicago Bulls en étaient au second titre de leur second triplé NBA et en golf, Tiger Woods remportait le premier de ses 4 Masters.
Pendant ce temps là ailleurs dans le monde (et dans l’espace), la station MIR prend feu, INXS perd son chanteur, Jeanne Calment passe l’arme à gauche à 122 ans, quelque part dans l’Iowa une femme accouche d’un Slipknot presque au complet en donnant naissance à des septuplés, la princesse Diana teste sans succès les airbags de sa Mercedes au niveau du pont de l’Alma tandis que sur la chaîne Comedy Central South Park faisait ses grands débuts télévisuels.

Formation / Reformation / Déformation

Parmi les formations notables de 1997, on peut retenir celle d’American Head Charge – plus ou moins dans un était de vie articifielle à ce jour, The Dillinger Escape Plan qui est un mort en sursis, Finntroll – toujours bon pied bon oeil, Lost Prophets – séparé pour cause de pédophilie,
Pig Destroyer – no comment, Static-X – mort de décès et Throwdown.
Du côté des reformations, le line-up original de Black Sabbath est de retour aux affaires. Jane’s Addiction se reforme pour mieux se séparer 6 mois plus tard. Quant aux Suicidal Tendencies, ils font leur retour après 2 ans de silence.
Pour ce qui est des disparition, je peux recaser Jane’s Addiction pour le troll, le
Rollins Band, Soundgarden – grosse déception à l’époque mais vu ce qu’ils produisent depuis ce n’était sans doute pas un mal et enfin X Japan suite au décès de Hide. Les japonais feront un retour fracassant 10 ans plus tard.

The Big Hits

Pour 1997, nous opterons cette année pour une rétro par continent qui va plus ou moins se résumer à un USA vs Europe.
En plein boom Nu Metal, les USA vont nous abreuver de disque qui ont marqué l’année pour tout un tas de raisons. Voici ceux que j’ai retenu.

Commençons par un groupe que j’affectionne: Body Count, qui sort avec Violent Demise: The Last Days son troisième album. Côté Nu Metal, Coal Chamber déboulait avec son album éponyme tandis que les Deftones éblouissait le monde avec Around The Fur.

Faith No More passait la sixième avec leur Album of the Year, Hed P.E. tentait de se faire une place au soleil avec Hed P.E. avec cependant moins de succès que Limp Bizkit et leur Three Dollar Bill Y’all et Incubus avec S.C.I.E.N.C.E.. C’est cependant de Snot dont on se souviendra de tragique manière avec Get Some.

Souvenons-nous aussi que Metallica a sorti ReLoad cette année là et que Megadeth donnait un successeur à Youthanasia avec Cryptic Writings. Toujours au chapitre, il faut donner une suite à un albu mtrès réussi (oubliez Metallica en début de liste), Machine Head accouche ENFIN de The More Things Change.

Du côté des groupes moins coté, Helmet sort un de ses meilleurs skeuds avec Aftertaste.

Enfin, j’ai gardé le meilleur pour la fin. Devin Townsend était sans doute dans l’année la plus géniale de sa carrière puisqu’il nous pondait d’un côté Ocean Machine et de l’autre la machine de guerre City avec Strapping Young Lad.

Enfin, dernière pépite de 1997 côté nord américain et pas des moindre, le fabuleux Nemesis de Grip Inc.

Du côté de la vieille Europe, Black Sabbath sort le bien nommé Reunion , Dark Tranquillity en est déjà à son troisième avec The Mind’s I et Dimmu Borgir entame ce qui est sans doute la meilleure période de sa carrière avec Enthrone Darkness Triumphant.

Toujours en Norvège, Emperor continue d’écrire sa légende avec Anthems to the Welkin at Dusk et leurs voisins d’Immortal sortent Blizzard Beasts. De l’autre côté de la frontière, en Suède In Flames sort Whoracle, tandis qu’Hypocrisy continue son chemin avec The Final Chapter. Mais côté scandinave, un de ceux qui marquera vraiment l’année est To Ride Shoot Straight And Speak The Truth d’Entombed.

Enfin plus au sud de l’Europe, Judas Priest sort son premier album avec Tim Owens au chant en remplacement de Rob Halford : Jugulator. Et pour finir en beauté, un petit groupe allemand du nom de Rammstein sort son premier album intitulé Sehnsucht.

Voila c’est tout 1997, rendez-vous (ou pas) en 2018 pour savoir ce qui est sorti en 1998 🙂