ESP craft house & ESP Museum

Profitant d’un passage dans la capitale japonaise, je vous propose une rapide visite chez ESP.

Situé dans le quartier branché de Shibuya, à deux pas du célèbre passage piéton où la foule se croise en mode wall of death aux heures de pointe ainsi qu’à proximité de nombreuses salles de concert comme le célèbre Club Quattro, ESP s’est installée à un endroit stratégique.

Comme c’est souvent le cas au Japon et plus particulièrement à Tokyo, il faut monter quelques étages pour trouver son bonheur. Installé au second étage d’un immeuble lambda, l’ESP craft house en met plein la vue dès le pas de la porte. Malgré la petitesse des lieux, c’est l’orgie et on ne sait où poser son regard. Si on part sur la droite, c’est le paradis des câbles, jacks, médiators, pédales, housses et autres flightcases.

Mais c’est sur le côté gauche que c’est véritablement délirant. Des murs entiers de guitares et de basses mais surtout des modèles exclusifs ESP Japon et des customs absolument fabuleux. Si vous êtes familiers de la marque, sachez qu’ici il n’y a que des l’ESP et de la E II. Ouais, que le haut de gamme. Sachez aussi que si vous gratouillez, vous pouvez demander à tâter de n’importe quel modèle. J’aurais su jouer, à moi la branlette de manche sur la Arrow 7 cordes signature Babymetal. Bien entendu les tarifs s’en ressentent, surtout sur les modèles ‘signature’ et ceux dédicacés – à la louche on tourne autour 2500/3000€ en moyenne. Bien que le modèle ‘exhibition series’ en expo affiche un tarif autour des 12000€. Quand on aime…

Un peu plus au fond de trouve un petit espace où l’on peut passer sa commande pour une guitare sur mesure. Du choix de la forme à celui du bois de la caisse en passant par les micros, la taille des frets, le bois des touches, la forme du manche et de la tête, les clés et bien entendu la finition (couleur, vernis etc). En gros ça revient à aller se commander une Lamborghini – oui je sais comment ça se passe quand on commande une Lamborghini.

Voilà, ça c’était pour le second étage, maintenant direction le troisième pour l’ESP Museum. En temps normal, sont exposés des modèles ayant été utilisé sur scène par les artistes sponsorisés par la marque. Lors de mon passage, à la place il y avait une exposition temporaire consacré au groupe Malice Mizer. Pour recontextualiser, X Japan a inventé le Visual Kei, Malice Mizer y a mis la touche Gothique/Lolita et a lancé la tendance des groupes de mecs habillés en femme. Tendance toujours d’actualité de nos jours malgré le split du groupe, bien que ce dernier ce soit réformé pour quelques concerts moyennant moult ¥¥¥.

Sont donc exposés dans la seule et unique pièce du musée des affiches de tournées, des tenues de scène et bien entendu une tripoté de guitares de Mana, fondateur et leader du groupe.

Voilà c’était un petit aperçu de l’ESP craft house et de l’ESP Museum de Tokyo. Si par hasard vous passez dans le coin et que vous aimez cette marque autant que moi ou simplement les beaux instruments : allez-y !

Sinon prenez la Yamanote Line, descendez à Shinjuku et allez vous mettre une race au Godz en écoutant Avatar ou Kaamelott !
Ca aussi, ne me demandez pas comment je le sais.