Hellfest 2012

Retour à Clisson pour la 4ème fois depuis 2006 et 2 ans après notre dernier passage dans la région nantaise. Plein de belles choses au programme et pour une fois, pas de réserves à émettre sur l’organisation du festival, on y va la fleur au fusil et advienne que pourra!

2012 est une année importante pour le Hellfest. Nouveau site plus grand, plus de monde, de très gros headliners et des ambitions à la mesure de la taille que semble prendre le festival.

Et comme c’est aux petits détails qu’on mesure les grandes ambitions, en arrivant sur le site, sans jamais y avoir mis les pieds, nous avons tout trouvé tout de suite. Je dis « nous » car la rédaction c’est agrandit pour couvrir le festival, en effet nous étions 2!
Direction l’accueil pour récupérer nos bracelets et une petite surprise en bonus: un Photo Pit! Rien qu’avec ce petit autocollant, je peux vous dire que nous avions « le smile ». Ca veut aussi dire que pour la première fois depuis un bon moment, je vais enfin pouvoir proposer des photos correctes faites avec autre chose qu’un compact.  A nous les joies de l’accès au pied de la scène, des bousculades avec une nuée de paparazis Métalleux et les attentes interminables pour faire 10 photos (dont 8 floues). C’est ça que c’est bon 😀
Hellcome! Hellfest by night Hellfest version art moderne

Nous nous sommes ensuite lancés dans le tour du propriétaire avant d’attaquer les concerts parce qu’après tout, même si nous avons fait tout ça « à la cool », on n’est pas non plus venu là pour le paysage. Ce qui me permet de soulever l’un des gros intérêts du Hellfest mais qui est aussi un de ses pires défauts: sa diversité! Si on veut voir un maximum de groupes, il faut courir partout et à ce rythme là, au bout des 3 jours il faut prendre 15 jours de vacances pour récupérer. Donc comme je le disais, pour nous se sera doucement le matin et pas trop vite l’après-midi.

On a dit "PAS DE PHOTOS"!

Le site en lui-même est composé de 6 scènes:
– les 2 Mains Stage qui sont côte à côte et en plein air et où se produiront les plus gros groupes et qui en plus sont situés un peu en contrebas ce qui permet une bonne visibilité car une fois au pied, elles sont très très hautes
– l’Altar et la Temple qui se trouvent dans une tente géante disposée en ‘V’ et qui seront dédiées aux groupes de Black/Death et Grind
– la Warzone, autre tente qui sera l’antre des coreux et autres punks
– la Valley, troisième et dernière tente réservée aux groupes disons exotiques

Le paquet a également été mis sur l’aménagement du site avec plein de sculptures en acier collant parfaitement à l’ambiance globale. Idem dans le jardin VIP qui avait de la gueule et était très agréable. Le petit bémol venant de l’Extreme Market installé dans un coin parce qu’il faillait bien le caser quelque part et à l’ambiance franchement molle.

Côté ambiance chez les participants, rien à redire en revanche. Tout le monde est chaud bouillant et c’est à celui qui aura le déguisement le plus con.

Bob l'éponge (à bière) La classe à l'état brute Mr Tête de bite Hélas oui, certains ont osé se déguiser en vieux Live trolling spotted Jesus was here! Format familial en exclu Hellfest On a le total look ou on ne l'a pas

Vendredi 15

Discharge
Premier concert de ce Hellfest 2012: les légendes du punk: Discharge! Je ne suis pas spécialement branché punk mais vu le nombre de groupes que j’écoute disant avoir été influencé par eux (Metallica n’étant pas le moins connu d’entre eux), il eut été plus que stupide de ne pas venir y jeter un oeil histoire de ne pas mourir idiot.
Premier constat: niveau look c’est bien punk, niveau attitude c’est bien punk aussi, niveau son c’est encore plus punk vu qu’on ne capte absolument rien! Tout est trop fort, trop brouillon, trop dégueulasse, trop punk quoi! La seule et unique chanson sur laquelle j’ai pu mettre un nom est The Possibility Of Life’s Destruction (reprise notamment par Machine Head). Deuxième constat: malgré toute l’énergie déployée par le groupe, le tout a pris un sacré coup de vieux.
J’abdiquerais au bout de quelques titres, la faute à ce son immonde sous la Warzone, pour prendre la direction de l’Altar, Brujeria oblige!
Discharge Discharge

Brujeria
Un peu de Death Mexicain pour enchaîner après du punk anglais, tout va bien tout est sous contrôle. Sauf qu’en attendant le début de Brujeria, il a fallu patienter avec Darkspace qui joue en face sur la Temple. Darkspace c’est une sorte de Black expérimental à base de claviers et de hurlements. Au début on se dit que c’est simplement insupportable mais à la longue j’ai presque fini par trouver ça pas mal. A voir sur album.
Mais revenons en à nos mexicains masqués! Enfin mexicains il faut le dire vite vu que parmi les membres du groupe on reconnaît aisément Shane Emburry (Napalm Death – qui joue samedi/Lock Up – qui joue dimanche) ainsi que Jeff Walker (Carcass). Ils ont enchaîné leurs classiques  (Pito Wilson, La Migra, Brujerizmo, La Ley De Plomo) sans trop se forcer mais en transmettant une bonne humeur très communicative à grand coup de « cabrones » entre les titres. Perso j’aime beaucoup le côté « déconnant » que donne l’espagnol à tout ça. Le tout c’est conclu sur l’inévitable Macarena Marijuana reprise à l’unisson par toute la tente malgré un son pas génial.
Brujeria Brujeria Brujeria

Heaven Shall Burn
HSB jouant pendant Brujeria, j’ai donc quitté un petit moment les mexicains pour venir les allemands à l’oeuvre. Bon honnêtement quand on a vu une fois HSB on les a vu 100 fois. C’est ultra efficace, bien rôdé, ça envoie du gros tout le temps même quand le son est immonde comme ce fut le cas sur la Main² lors de leur set.
Le petit truc rigolo, enfin qui m’a amusé, est que comme j’ai l’habitude de les voir en Allemagne, entendre Marcus parler anglais m’a semblé complètement décaler. A priori pas trop habitué à secouer un public dans la langue de Shakespeare et surtout pas très chaud à cause de la pluie, il a semblé parfois un peu hésitant. Ceci n’enlevant rien à la qualité de la prestation. Mais retour sous la tente pour la fin de Brujeria et pour attendre Nasum.
Heaven Shall Burn Heaven Shall Burn Heaven Shall Burn

Nasum
Retour à l’Altar pour une des grosses attractions du jour: un des derniers tours de pistes de Nasum. Pour mémoire le groupe s’est séparé après la mort de son chanteur (Mieszko Talarczyk) en 2004 lors du tsunami en Asie du Sud-Est. Le groupe s’est reformé cette année pour une série de concerts hommages à son ancien chanteur et pour « fêter » les 20 ans du groupe. Mieszko est remplacé sur cette tournée par Keijo Niinimaa (Rotten Sound).
Histoire de bien donner le ton, le groupe avant de débouler sur scène, envoie un couple en tenu de mariés et portant des masques à gaz (renvoyant à la pochette de leur album de 1998 Inhale/Exhale), le tout sur une musique d’une gaieté que je vous laisse imaginer. Ensuite c’est la guerre! Bah oui Nasum c’est du grind donc les gars ne sont pas venus pour coller des gommettes! C’est gras, violent, dégueulant d’énergie et foutrement bien. Pourtant le grind c’est pas ma came mais là… pfff ça déboîtait sévère. Grind your mind qui disait!
Nasum Nasum Nasum

Lynyrd Skynyrd
Après la très syndicale pause dînatoire, nous allons nous planter devant la Main pour un peu de Rock sudiste sous une pluie fine mais suffisamment chiante pour se faire remarquer.
Après le Punk, le Death et le Grind, on a limite eu l’impression d’être sur une autre planète pendant l’heure et demi de set de Lynyrd Skynyrd. Dépaysant et fichtrement agréable. J’avoue aussi avoir été surpris par l’accueil du public, très très réceptif à la musique du groupe alors que pourtant c’était un des ovnis du jour dans le running order au milieu des  Cannibal Corpse, Megadeth et autre King Diamond. Côté interprétation, je les ai senti en roue libre, Johnny Van Zant jouant à fond sur la grosse cote du groupe et sur la légende qui y est associée. Sinon rien à redire, ça a été d’un professionnalisme sans faille même si ça manquait un peu d’âme par moment. Le set s’est conclu sur l’inévitable Free Bird mais le clou du set c’était bien entendu Sweet Home Alabama reprise en choeur par 100% du public.
Sinon il y a une chose qui m’a faite trippée, c’est la ressemblance frappante entre Rickey Medlocke et Vigo – le méchant de Ghostbusters 2. Oui je  sais il n’y a qu’un gros nerd dans mon genre pour remarquer ça, n’empêche vous ne trouvez pas qu’il y a une ressemblance?
Lynyrd Skynyrd Lynyrd Skynyrd Lynyrd Skynyrd

Hank III
C’est sur un très gros malentendu que nous nous sommes retrouvés dans la Valley – pour la seule et unique fois du festival d’ailleurs. En effet nous cherchions un truc à faire en attendant Sa Trique Le Con et nous voilà à entendre au loin des airs de Country qui réussissaient le tour de force d’arriver à couvrir les rugissements de Corpsegrinder sous la tente extrême composant le duo Alter/Temple.
Et nous voila devant Hank III prêt à danser le quadrille. Bon pas tout à fait en réalité car Hank III, aussi étonnant que sa présence puisse paraître, est en fait tout à fait à sa place. Petit fils d’une légende la Country, fils d’un très grand musicien de Country, Hank III (pour Hank Williams troisième du nom) est un peu le punk de la famille, grand pote de Phil Anselmo et accessoirement ancien bassiste de Superjoint Ritual. Bref le gars fait de la Country mais en y injectant du Punk et parfois du Metal pour un mélange détonnant.
Je vous jure qu’écouter un type faire un solo de banjo par dessus un mur de double c’est une expérience à vivre au moins une fois. En dehors de ça, c’est un vrai orchestre Country qui est face à nous avec contrebasse, violon, banjo, slide guitar, guitare sèche et le chant bien nasillard. J’avoue avoir bien accroché à Rebel Within et son refrain gueulé.
C’est n’est qu’au bout de 45 minutes que nous nous sommes finalement décidés à aller voir Satyricon, presque à contre coeur je dirais tellement Hank III nous a scotché.
Hank III Hank III Hank III

Satyricon
J’avoue ne pas avoir été hyper attentif au set des norvégiens vu le monde et la difficulté à se frayer un chemin devant la Temple. J’ai donc rapidement fait demi-tour pour regarder ça de dehors. De loin j’ai trouvé ça bien et le son était remarquable mais j’ai peiné à être « dedans ». Départ pour Megadeth sur King.
Satyricon Satyricon Satyricon

Megadeth
Bon alors Megadeth… quand il sont dans un bon jour ça passe comme papa dans maman, quand ils sont dans un mauvais jour, on peut s’y faire chier autant qu’à un concert de Dream Theater. Ce soir là, papa avait envie mais maman avait la migraine donc mi-figue mi-raisin tout comme la setlist qui alternait le bon et le dramatiquement chiant. Le combo Hangar 18 ->Trust -> In My Darkest Hour -> Foreclosure of a Dream fait toujours le taff. Ca baisse ensuite de régime, ça rebondit à peine avec A Tout Le Monde (qui serait copieusement massacré par Mustaine au niveau du chant), s’en suit l’heureuse surprise Angry Again et puis on recommence à s’emmerder sec jusqu’à Symphony of Destruction et Peace Sells. Là Dave réalise qu’ils ont plus de temps que d’habitude et nous sort Holy Wars EN ENTIER. Soit 10 minutes d’emmerdement maximum, sous la pluie de surcroît.
A côté Broderick rentrait un solo sur deux, Ellefson faisait tapisserie et Drover s’est fait oublier. Pas de quoi s’en relever la nuit donc, quant au son, ça allait sans plus.
Megadeth Megadeth

King Diamond
A priori une des grosses attractions de ce Hellfest. Ben je vous le dis clairement j’ai tenu 2 titres et demi. Si musicalement ça passe, la voix – donc ce qui fait que le King EST le King m’est parfaitement insupportable.
Rien à dire en revanche sur la mise en scène très théâtrale et sur l’interprétation plus que parfaite. Idem pour le chant, Le King chante juste mais bien trop aigu à mon goût.
King Diamond King Diamond King Diamond

Je plierais donc très vite bagage pour aller retrouver mon assistante photo (cette phrase va me coûter cher c’est moi qui vous le dit) qui sortait du photo pit pour d’Amon Amarth. Les suédois seront d’ailleurs laissés derrière nous sur Death In Fire pour cause de pluie, d’heure tardive et de « je ne les louperais pas à Wacken c’est moi qui vous le dit ».
Amon Amarth Amon Amarth Amon Amarth

Samedi 16

Steel Panther
Notre arrivée était initialement prévue pour coïncider avec le set de Crashdïet. Sauf que c’est Steel Panther qui est sur scène *gloups* On m’a dit dans l’oreillette que le running order avait changé la veille du début du festival – Damn j’avais imprimé le 2 jours avant donc forcément, je n’ai pas vu que Crashdïet jouait désormais en fin de matinée et non plus en début d’aprèm. Pas grave, on savourera les 20 minutes de Steel Panther auxquelles nous assisterons. Un grand moment de nawak bien Rock N’ Roll et largement à la hauteur de la réputation du groupe. Un show qui ne sentait pas le sushi…
Steel Panther Steel Panther Steel Panther

Death Angel
Cela faisait 9 ans que je n’avais pas revu Death Angel. J’en gardais un souvenir assez flou d’ailleurs. Et ben je suis ravi que l’on m’ait rafraîchit la mémoire de la sorte! Rob, Mark et Ted se rappelant à mon bon souvenir avec les gouache habituelle! Et ça enquillait fort avec notamment un Kill As One du genre très très efficace! En même temps, le groupe fêtait les 25 ans de son premier album (The Ultra Violence) qu’ils ont joué en entier. Un grand moment de kiff thrasheux!
Death Angel Death Angel Death Angel

Sacred Reich
Ha tiens un deuxième groupe de Thrash! Et a priori pas le dernier de journée en plus. Sacred Reich est venu, Sacred Reich a vu, et Sacred Reich a convaincu mais sans plus. Pas d’American Way au programme mais un War Pigs un peu convenu et un Surf Nicaragua en roue libre. En même temps, passer après Death Angel et avant Exodus c’est un exercice du genre casse gueule.
Sacred Reich Sacred Reich Sacred Reich

Exodus
J’ai souvent loué les performances live d’Exodus, et bien pour une fois je serais un peu moins dithyrambique. C’était bien mais il manquait un petit truc nommé Gary Holt. Sans faire injure à Rick Unholt, qui le remplace – et qui a galéré avec sa gratte sur au moins 3 titres, il n’a pas le petit truc qui insuffle ce supplément de folie à un set d’Exodus. En dehors de ça tout y était. Beaucoup de groupes rêveraient de sortir des prestations pareilles, n’empêche qu’il manquait un petit truc.
Exodus Exodus Exodus

Dog Eat Dog
Un peu comme Ugly Kid Joe 2 jours avant, voir un jour ce groupe en vrai me paraissait être un doux rêve d’ado qui ne réaliserait jamais. Grâce au Hellfest, j’ai enfin pu les voir! En vrai! Et c’était bien mais sans plus hélas. Qu’est-ce qui n’allait pas? Le son déjà. Dans la Warzone, il est simplement pourri et se sera une constante sur les 3 jours. Enfin John Connor (pas le fils de Sarah, l’autre) est du genre bavard et au lieu de bavarder entre les chansons il aurait mieux fait d’enquiller les titres. Titres par ailleurs joués complètement à l’arrache avec des pains dans tous les sens. Ceci étant dit, côté setlist j’ai eu tout ce que je voulais: de No Fronts à Who’s Da King?, en passant par Isms, Expect The Unexpected et Rocky. C’est bon de rajeunir pendant 40 minutes 🙂
Dog Eat Dog Dog Eat Dog Dog Eat Dog

En quittant la Warzone, Sebastien Bach attirera furtivement mon attention avec sa reprise du « classique » de Skid Row (dont il était le chanteur) Youth Gone Wild. Bien que je nie m’être arrêté pour regarder, certains prétendent le contraire *ahem*

In Extremo
Après avoir littéralement subit la fin du set d’Aborted sur la scène à côté, les allemands d’In Extremo se font un peu désiré. Et c’est avec pas loin de 10 minutes de retard qu’ils arrivent tout feu tout flamme. Car oui ils ont osé les pyros sur la Temple qui, je le rappelle, est une tente, de belle taille certes mais une tente quand même.
A côté de ça, In Extremo fait partie de ces groupes qui ne font pas semblant et qui donnent beaucoup. Une fois de plus ils ont assuré sur tous les plans. Très gros son, très grosse prestation et pas mal des « hits » de leur catalogue en teuton dans le texte avec tout leur attirail d’instruments traditionnels. J’avoue un petit faible pour Herr Mannelig, Liam et Mein Rasend Herz qui ont tout ce qu’il faut pour faire taper du pied dans la joie et la bonne humeur.
Le ptit truc « amusant », c’est que que comme  pour Heaven Shall Burn, Micha est assez peu habitué à secouer les foules en anglais, d’où des formulations parfois hésitantes qui ne les ont rendus que plus sympathiques.
In Extremo In Extremo In Extremo

Machine Head
Voila notre dernier groupe de thrash de la journée et pas des moindre! Dans les grandes lignes et pour faire court: comme d’hab’ ça envoyait du pâté. Pour une fois Rob n’a pas trop tchatché entre les titres ce qui a permis de pas mal enchaîné. 4 morceaux du dernier album étaient de sortie (I Am Hell, Locust, Darkness Within et This Is The End) et y’a pas moyen: même live je n’accroche pas. Le reste en revanche passe tranquillement, de Halo à Aesthetics Of Hate en passant par Imperium et Old plus le final avec Davidian, là rien à redire, de toute façon c’est ça j’aime chez eux donc vous y ajoutez le son en mode « patator » et je vous laisse imaginer le carnage.

Darkest Hour
Malgré de récents albums pour le moins inégaux et de nombreux changements de personnel, Darkest Hour reste une valeur relativement sûre en live.  Hélas pas pour eux, la Warzone était à peine remplie de moitié. La faute à un horaire décalé qui les faisait jouer en même temps que Machine Head et les Guns!
Ils n’ont pas non plus été aidé par le son au point que j’ai eu toutes les peines du monde à reconnaître With a Thousand Words to Say But One. En fait c’est la seule que j’ai reconnu… et encore c’est grâce à l’intro parce que sinon c’était extrêmement brouillon.
Reste une prestation honnête et pleine d’énergie que je ne verrais hélas pas en entier d’une part parce que le son était vraiment mais vraiment trop dégueu, et d’autre part j’avais une curieuse envie de me faire mal avec GnR.
Darkest Hour Darkest Hour

Gun’s N’ Roses
Clairement LE groupe qui était sur toutes les lèvres avant et pendant le fest et qui a drainé le plus de monde pendant ce Hellfest 2012. Avec cette question que tout le monde se posait: quelle surprise allait donc nous réserver Axl Rose?
En fait la surprise fut que les Guns étaient A L’HEURE. Ouais… carrément! Si ça c’est pas Rock N’ Roll! Non? Ben non en fait. Car hormis un son absolument incroyable, les Guns ne dégagent rien hormis une sensation d’embarrassement que je n’étais a priori pas le seul à ressentir malgré une partie du public qui semblait, elle, acquise à la cause d’Axl bon gré mal gré.
Pourquoi tant d’embarras? Simplement parce que « ce son », le son des Guns, je veux dire par là celui des « grands GnR », avec ces musiciens là ça ne colle simplement pas.  Les solos de Slash joués (tant bien que mal) par un autre ça sonne faux, idem pour le son de basse de Duff. Reste le chant. Enfin disons plutôt ce qu’il reste du chant, c’est sans doute la seule chose d’origine qui reste au groupe mais Axl n’a plus de coffre. PLUS DU TOUT. Souvent essoufflé, souvent limite avec en plus un air de n’en avoir strictement rien à foutre et d’expédier les affaires courantes.
Soyons honnête, c’était « moins pire » que ce à quoi je m’attendais. Ca jouait, plus ou moins correctement et surtout pas trop vite (qu’est-ce que c’est que cette version molle du gland de Welcome To The Jungle?), ça proposait un show somme toute correct mais aucune âme ne s’en dégageait. Tout ce que faisaient les musiciens semblait convenu et surtout exécuter de façon à ne faire aucune ombre à Axl Rose car les Guns c’est lui!
Sur les 2h30 de set des Guns, j’aurais tenu 45 minutes et donc manquer la monumentale vautre d’Axl sur Sweet Child O’Mine. Pas grave, car à choisir entre Behemoth et ça, c’était tout vu.
Gun's N' Roses Gun's N' Roses Gun's N' Roses

Entombed
C’est en patientant pour voir Behemoth sur la Temple, que j’ai fini par jeter un oeil (même les 2 pour le coup) sur Entombed qui jouait en face. Que dire si ce n’est que ça envoyait sévère? LG Petrov & co étaient dans une forme éblouïssante et j’avoue m’être surpris à tapoter du peton sur To Ride Shoot Straight and Speak the Truth , When In Sodom et bien entendu Left Hand Path.

Behemoth
En bonne groupie que nous sommes, il nous était simplement impossible de louper Behemoth. Déjà parce que nous sommes des groupies, ensuite parce que revoir Nergal en forme fait plaisir, enfin parce que Behemoth ça butte. Et très honnêtement, si on ne vous dit que pas le mec qui hurle malgré sa coupe de gendre idéal s’est remis d’une leucémie et bien vous ne le devinez pas.
Ceci étant dit, je les ai trouvé un peu en roue libre, Nergal jouant beaucoup sur son charisme pour motivé un public un peu fatigué par sa journée (il était quand même 1h du mat’). En dehors de ça, je me suis roulé de joie dans la boue  sur le combo Slave Shall Serve/Chant For Eschaton.
Donc comme je le disais: Behemoth ça butte!
Behemoth Behemoth Behemoth

Dimanche 17

Black Label Society
En raison d’une épidémie de flêmingite aiguë sévissant au coeur de notre duo de reporters du dimanche, nous zapperons All Shall Perish et Brutal Truth et arriverons donc juste pour le début de BLS.
Zakk Wylde et sa coiffe indienne c’est drôle, Zakk Wylde qui joue de la gratte ça le fait, BLS live globalement ça le fait sauf quand le son est aussi merdique et que Zakk nous pond un solo inutilement long et répétitif. Côté setlist je ne me prononcerais, je n’en ai reconnu qu’une (Concrete Jungle) et je découvrais le groupe sur scène so…
Black Label Society Black Label Society Black Label Society

Hatebreed
Probablement le son le plus abominable du festival. Pour entendre autre chose qu’un brouhaha d’infra basse il fallait être pile en face la scène et de préférence pas trop éloigner sous peine d’avoir droit à une infâme bouillie sonore.
Côté setlist, zéro prise de risque on déroule les classiques (Never Let It Die , Before Dishonor, Betrayed by Life, To the Threshold) et pour la seconde moitié du set on sort la machine à baffes (Defeatist, Live for This, I Will Be Heard, Destroy Everything). Rien de spécial à signaler, Hatebreed est une valeur sûre côté scénique. Un concert de plus en somme.
Hatebreed Hatebreed Hatebreed

Devildriver
Autre valeur sûre: Devildriver. Pas de surprise de côté là, Dez & co ne sont pas venus pour poser du papier peint. 50 minutes de savatage en règle et puis s’en vont comme des princes.
Devildriver Devildriver Devildriver

Lock Up passera à la trappe en raison d’une sieste un peu trop prolongée.

Trivium
Si on croit le proverbe « qui dort dîne » sauf qu’en fest la sieste ne sert qu’à garder des forces pour la suite, c’est donc plein d’entrain que nous nous sommes diriger, non pas vers la Main² pour voir Trivium mais vers les stands de bouffe, ce qui nous a permis de voir Trivium de loin. Je ne suis pas client plus que ça mais c’était somme toute correct quoiqu’avec un volume bien trop élevé qui tendait à rendre le tout parfois bordélique.
Ceci dit il y a plus désagréable pour dîner.

Mötley Crüe
Premier très gros poisson de la journée, Tommy Lee & co devaient nous en mettre plein la vue. En fait c’était bien sans plus et les 2 biatchs qui ondulaient du boule sur scène – et qui accessoirement faisaient les choeurs sur certains titres – n’ont rien apporté au concert si ce n’est quelques vannes bien salaces.
Vince Neil expédiait les affaires courantes, Nikki avait l’air de se faire chier, Mick… il était là? et a priori c’était Tommy Lee qui avait perdu car c’est lui qui tenait la casbah entre les morceaux. Setlist on ne peut plus classique avec tous les classiques (haha). Les seuls faits marquants sont Tommy Lee vidant une bouteille de champ’ devant la scène simplement « PARCE QUE » et nos gentils musiciens balançant des sceaux d’une substance rouge non identifiée sur les premiers rangs.

Slash
Deuxième gros morceau du jour et tout simplement la tuerie complète, totale et intégrale du fest: Slash featuring Myles Kennedy and The Conspirators.
Ca commence sur One Last Thrill… et je suis à l’autre bout du site à attendre qu’on me laisse rentrer dans le photo pit ARGH!!! S’en suit Nightrain des Guns… mais bordel laissez moi y aller! Et c’est finalement sur Ghost que j’ai droit à ma séance photo! Putain quel pied!  Le morceau est simplement énorme, le Slashounet dans une forme prodigieuse, Myles Kennedy gère le poney comme jamais et les 3 autres sont simplement magistraux. Le temps de récupérer un pichet de bière et Standing In The Sun démarre, le son est dément  et je ne tiens plus en place! S’en suivent Back From Cali et Mr Brownstone alors que la pluie fait son apparition. Ensuite ça devient carrément gigantesque avec un enchaînement de la mort: Halo, Anastasia, Sweet Child O’ Mine (rien à voir avec la version moisie de la veille) et You’re A Lie. Un truc de fou à se rouler dans la boue de bonheur (oui encore). Une petite reprise (dispensable) de Velvet Revolver: Slither et le final d’anthologie avec Paradise City. En gros, en 2 reprises, Slash a fait oublié la très pâle copie des Guns la veille. Il n’y a clairement pas photos entre les 2. La classe, le style: Slash quoi!
Slash Slash Slash

Ozzy & Friends
Et pour finir notre journée: Black Sabbath Ozzy et ses potes. On devait avoir un groupe de légendes, on a eu un chanteur certes en relativement bonne forme mais avec une crève qu’il aurait du soigner au lieu de se vider des sceaux de flotte sur la tronche, d’autant qu’il pleuvait comme vache qui pisse.
Ozzy & Friends donc. En fait c’est Ozzy et son groupe qui assurent pendant 45 minutes avant que ne débarquent Geezer Butler puis Slash et Zakk Wylde pour une boeuf de 30 minutes et quelques reprises. Car la blague a tourné court, Ozzy étant malade, il était acté qu’il ne jouerait pas l’intégralité de son set et que le minimum syndicale serait assuré (chose que j’ai apprise par la suite). Le son était bon, la prestation correcte et Ozzy plutôt joueur. Pour le reste, si vous l’aviez vu l’an dernier, il n’était pas utile de rester à prendre l’eau, la présence des « friends » ne justifiant en rien d’attraper une pneumonie. C’est donc trempés et sans regrets que nous quittons le Hellfest pour cette année.
Ozzy & Friends Ozzy & Friends Ozzy & Friends

Sont donc passés à la trappe en raison de la météo: Sunno)))) qui avait le bon goût de jouer en même temps qu’Ozzy mais à l’autre bout du site, donc tout traverser sous la pluie: no way! Ainsi que Lamb Of God qui jouait en dernier sur la Main² mais vu le déluge, c’était no way également. Oui je sais ça fait chochotte qui craint la pluie mais ça + 3 jours de fest + une poussée de flêmingite aigüe… hein… ben ça donne une folle envie d’aller au sec/chaud.

Vous en reprendrez bien un peu pour la route?

Je n’ai pas toujours été tendre avec les orgas du Hellfest et j’avoue ne toujours pas être fan de Ben Barbaud mais là cette année, il faudrait être d’une mauvaise foi absolue pour ne pas reconnaître la montagne de boulot qui a été abattue par toute l’équipe.
Désormais aller au Hellfest, ce n’est plus une aventure où l’on va s’en trop savoir à quoi s’attendre. L’orga a fait preuve d’un professionnalisme qui ne souffre d’aucun reproche, que se soit au niveau du nouveau site très réussi et surtout à taille humaine (faut vraiment en vouloir pour être comme une sardine pendant une tête d’affiche), au niveau des infrastructures car le lieu a de la gueule, au simple respect des horaires (les mecs ont réussi le tour de force de faire jouer les Guns à l’heure – rien que ça ça mérite le respect), au même titre que tous les intervenants auxquels nous avons eu à faire (du barman à la vendeuse de tshirts, aux gens de la sécu en passant par la fille à l’accueil presse) tout le monde a été charmant, tout sourire, serviable et efficace. Et je ne parle même pas des festivaliers qui sont tout sourire et qui disent « pardon » quand ils vous bousculent – s’en est presque choquant ;p
En fait le vrai point noir se sont les parkings. Il va falloir que les orgas se penchent sérieusement sur le problème car cela créé des nuisances pour les riverains avec des voitures garées n’importe où mais cela met aussi en danger les festivaliers qui, pour certains, étaient garés sur les bords d’une route à gros trafic qui n’est pas éclairée. C’est un petit miracle qu’il n’y ait pas eu d’accident.
Pour 2013, les orgas veulent de l’inédit en tête d’affiche. Je dis « banco »! Et si le reste de l’affiche suit je n’ai pas peur de dire que j’en serais avec plaisir.

Puisqu'on vous le dit!

Le Hellfest a enfin atteint le statut de festival incontournable au même titre que les gros fest allemands, anglais ou belges. Il n’a plus rien à leur envier. En fait je dirais même que maintenant c’est peut-être eux qui doivent envier au Hellfest cette ambiance si spéciale qui finalement fait son charme. La French Touch du fest Metal en somme!

Un grand merci à C. et M. pour la logistique ainsi qu’à ma moitié pour son aide, sa patience et ses photos.