Per Wiberg (Opeth)

LE grand soir est enfin arrivé, rencontrer les membres d’un de ses groupes cultes n’est pas donné à tout le monde, et pour la deuxième fois j’ai rencontré Opeth (bon la troisième se sera Mikael on y croit). C’est avec Per (le claviériste) que je me suis entretenue juste avant le concert fin novembre.

Opeth - Watershed

Flaw : Commence se passe la tournée jusqu’ici ?
Per Wiberg : Jusque là très bien. Nous avons commencé par une semaine en Angleterre pour ensuite venir de l’autre coté de la mer. Nous avons joué à Amsterdam et Bruxelles juste avant. Ca a été beaucoup de monde et une bonne vibe pour le moment.

Flawless : Je me demandais, en tant qu’ancien « nouveau membre » as-tu aidé Martin et Fredrik à s’intégrer au groupe ? Y a pas de bizutage ?
Per Wiberg : Je pense qu’il faudrait mieux leur demander. Enfin je n’ai rien fait de manière consciente, je n’ai pas dit « c’est comme ca que ca se passe dans Opeth » pas du tout. Fredrik nous connaissais déjà depuis un moment, donc ca n’a pas été un problème pour lui de rejoindre le groupe.

Flawless : Et que penses tu de leur jeu ? Car des mauvaises langues diront qu’ils n’aiment pas leur jeu car il n’est pas approprié au groupe, et que personne ne pourra remplacer Martin Lopez par exemple.
Per Wiberg : Chacun à ses propres goûts tu sais. Tu n’imagines pas le nombre de personnes que tu peux rencontrer sur la route qui seront heureux de t’expliquer comment faire les choses. Et nous sommes tout à fait heureux des jeux de Martin et Fredrik, peut être que se sont de meilleurs musiciens. Mais après c’est propre à chacun, si tu n’aimes pas on ne peut rien y faire. C’est simple et je ne peux pas faire grand-chose à ce sujet.

Flawless : Personnellement, je les trouve très bon et à leur place dans groupe, donc je demandais…
Per Wiberg : Oui, ne t’inquiète pas j’en ai entendu parler aussi. Tu sais beaucoup de gens ont peur du changement. Je pense que les gens ont tendance à oublier que quand tu écoutes un groupe, surtout un groupe comme le notre qui est sur la scène depuis aussi longtemps, et même moi je ne suis pas dans le groupe depuis 18 ans, et il existe depuis tous ce temps. Si tu écoutes le premier album sorti en 94, maintenant nous sommes en 2008, il est évident que tu n’es pas la même personne, toi en tant qu’auditeur. Tu découvres plein de musiques différentes… Je pense que les gens oublient quand ils jugent la musique, ils se disent « à 14 ans, j’adorais ce groupe maintenant j’en ai 28… que s’est il passé avec le groupe ? »Et peut être qu’il t’est arrivé toi aussi de penser ce genre de chose !

Flawless : Dis moi, le fait qu’il y ait plus de synthé dans « Watershed » a-t-il développé ton rôle au sein du groupe ?
Per Wiberg : Euh (qui a bien duré 5 secondes)… Non (Rires)!

Flawless : Sérieusement ?
Per Wiberg : Non, je ne pense pas trop à ce genre de chose. J’essaie juste de jouer mes parties du mieux que je peux. Vu que c’est Mikael qui compose tout, même les parties clavier… s’il pense que ca va, c’est que c’est le cas !

Flawless : Tu n’as pas grand-chose à dire dessus…
Per Wiberg : Nan, ce n’est pas ça. Depuis que je connais le bonhomme et le groupe j’ai toujours su comment ils fonctionnaient l’un et l’autre et cela me convient tout à fait. Mikael est le seul membre d’origine depuis la création du groupe, donc je n’ai rien à dire. Malgré tout il y a du travail d’équipe quand nous sommes en studio, et puis tu ajoutes quand même ta petite touche personnelle.

Flawless : Est-ce que l’on peut dire que « Watershed » est l’album qui te ressemble le plus ?
Per Wiberg : Ouai… mais je pense que c’est une question de production aussi. Car ce n’est pas que je joue plus sur cet album… c’est vraiment la production. Je pense qu’en général, je suis plus satisfait de la production de cet album, et pas parce qu’on entend plus le clavier. Mais la production de cet album est meilleure que sur « Ghost Reveries » que je trouve trop chirurgicale. J’aime celui là, il est un peu plus crade, la batterie sonne mieux pour moi aussi. Et c’est une partie importante dans ce style musical que l’on s’autorise à appeler metal ou je ne sais quoi…

Flawless : Qu’est ce ça t’a fait de pouvoir enfin te lâcher sur un solo d’orgue Hammond ?
Per Wiberg : C’est cool. Les solos c’est fun mais ce n’est pas la raison pour laquelle je fais de la musique. J’apprécie juste le fait de jouer un morceau que j’aime, c’est qui me plait vraiment. Maintenant si le morceau nécessite un solo, c’est cool, je le ferais. Mais ce n’est pas comme si j’implorais d’en avoir un et de dire « je dois faire un solo » ! Mais ce morceau est une sorte d’hommage à toutes les ballades des 70ies ou la fin des 60ies. En ce temps là, je suppose que les orgues Hammond étaient beaucoup plus répandus. Donc c’était vraiment un bon moment que de faire ça

Flawless : Sur le net, j’ai trouvé des comparaisons plutôt sympas d’Opeth et je voudrais savoir ce que tu en penses. On vous comparait à un Pink Floyd version metal ou à du Porcupine Tree extrême…
Per Wiberg : (Giga blanc) Okay. Cela dit je préfère la comparaison avec Pink Floyd. Si c’est le cas, c’est très gratifiant. Pink Floyd est un groupe génial que nous écoutons tous. C’est aussi un groupe qui a été présent pendant de nombreuses années qui a influencé grand nombre de groupes.

Flawless : Sur le collector de « Watershed », il y a un cd bonus où l’on trouve des bonus tracks. Et tu as collaboré pour la première fois avec Mikael pour l’écriture d’un des morceaux (Dereltict Herds).
Per Wiberg : Et bien en fait j’avais déjà aidé Mikael sur 2 morceaux de « Ghost Reveries ». En fait il m’a juste demandé si j’avais des trucs déjà prêts. Donc je lui ai donné des riffs de guitare ainsi que des parties de clavier en lui disant que s’il aimait qu’il n’hésite pas à sen servir. Donc il y a 2 parties dans ce morceau qu’il a incorporé que j’ai écris. C’était cool comme expérience.

Flawless : Pourquoi cette version n’est elle pas sur l’édition normale de l’album ?
Per Wiberg : Je n’en sais rien mais pour être honnête je pense que ce morceau est un peu en dessous de l’album. Mais c’est une histoire de goût tu sais ! Ca me va que le morceau soit en bonus track, car il n’est pas nul ! Je pense que ce morceau est pas mal mais pas aussi bien que le reste.

Flawless : vous avez fait aussi 2 covers…
Per Wiberg : 3 en fait !

Flawless : Oui c’est vrai, qu’est il arrivé à la troisième d’ailleurs ?
Per Wiberg : « Would? » d’Alice In Chains… Elle vient de sortir là, sur itunes. Elle vient accompagner le single « Burden » si on peut dire ça comme ça.

Flawless : Parle-moi un peu des 2 autres covers car nous ne connaissons pas les artistes ici. Et comme mon suédois est ce qu’il est je vais épargner tes oreilles pour ne pas écorcher le nom.
Per Wiberg : La chanson suédoise dont tu parles est d’une artiste appelée Marie Fredrikson qui est la chanteuse d’un groupe de pop connue, « Rockset ». Et elle a fait quelques albums solos durant les années 80 et Mikael est super fan. Il a toujours aimé ce morceau donc il a voulu en faire un cover.

Flawless : Est-ce que tu pourrais me traduire le titre pour que je sache au moins de quoi ça parle ?
Per Wiberg : Hum. Je ne sais pas comment le dire, je vais y penser (Rires)…(NdT : je n’ai jamais eu la suite). L’autre morceau est d’un guitariste qui s’appelle Robin Trauer qui jouait dans un groupe des 60ies qui s’appelait Procle Arom (NdT : pas sure de l’orthographe). Il a finit par faire sa musique de son coté, du blues rock dans le style de Jimi Hendrix…A cette époque là, on peut dire qu’il était assez populaire et ce morceau « Bridges Of Sies », c’est un morceau que tout le monde apprécie. Je trouve qu’il est plus sympa de faire des covers que groupe qui ne sont pas dans notre style de prédilection, car peut être que nous apportons quelque chose de différent au morceau. Ce mec est un artiste que nous avons tous beaucoup écoutez, un très bon guitariste.Et puis, il y a Alice In Chains qui est le groupe le plus contemporain qu’Opeth a repris. C’est la même histoire ici, nous n’avons pas trop réfléchis, le groupe est cool, le morceau bien…c’est parti mon kiki !

Flawless : Que penses tu des versions edit qui ont été faites pour les singles ?
Per Wiberg : Ces versions là sont toujours nulles ! C’est un vrai problème pour nous qui avons des morceaux qui sont assez longs. Je comprends pourquoi elles sont faites !Pour être honnête, ça ne m’embête pas tant que ça. Pour un morceau comme « Burden » cela prends tout son sens, tu coupes un l’intro…etc. et tu obtiens un truc qui passe à la radio. C’est quelque chose qui a été plus difficile sur le précédent. Une version édit de « Grand Conjuration » a été faite, et cela ressemble plus à un mic mac. Elle n’est pas bonne…

Flawless : Je suis assez d’accord, quand on connaît le morceau dans son intégralité, c’est une hérésie.
Per Wiberg : Complètement !

Per Wiberg
Per Wiberg

Flawless : Tu parlais de « Burden » que penses tu du choix de cette chanson comme single pour promouvoir le groupe (clip…), vu son caractère rétro ?
Per Wiberg : J’ai été surpris que la maison de disque ne l’ait pas choisi comme premier single pour faire une vidéo à vrai dire. Mais bon chacun son boulot… Nous sommes sur un label qui a essentiellement des groupes de metal en catalogue donc je pense que tout le monde était anxieux à l’idée de promouvoir une ballade comme single. Je pense que les gens qui écoutent Opeth savent que c’est une partie intégrante du groupe. Si on regarde une chanson « classique » dite « heavy » d’Opeth, on y trouvera toujours un interlude mélodique.J’aime « Burden », c’est un excellent morceau don ca ne me gêne pas qu’il soit sorti comme single.

Flawless : Tu peux nous parler un petit peu des vidéos qui ont été tourné pour « Watershed ». Est-ce que tu penses qu’elles collent avec l’identité musicale du groupe ?
Per Wiberg : Personnellement, je suis plutôt dans la performance. Quand on parle de faire une vidéo, et qu’on nous donne un script de plein de pages, tu te demandes comment on peut faire tenir autant de trucs dans une vidéo de 4 minutes, car bien évidemment il doit aussi y avoir des shoots du groupe. Je ne suis pas très fan des clips, je ne comprends pas bien l’intérêt. Nous sommes un groupe de metal, nous ne jouons pas dans un film ! Je comprends pourquoi certains souhaitent avoir le coté visuel des paroles mais pour moi cela ne fonctionne pas, car il me faut plus de temps, plus d’argent pour que cela ait l’air bien. Donc je n’ai jamais vraiment compris leur intérêt car pour moi il y a trop de compromis à faire sur le plan du groupe et du directeur qui a aussi son point de vue artistique. J’en sais rien, fuck that ! Il suffit juste de filmer le groupe sur scène c’est bien mieux !

Flawless : C’est ce qui a été fait pour « Burden ».
Per Wiberg : Oui, je pense que c’est le clip qui ressort le mieux.

Flawless : Clairement, je crois aussi que c’est le clip qui représente le mieux l’esprit du groupe.Je passe du coq à l’âne mais vous avez tourné avec Dream Theater aux US au printemps dernier, tu m’en dires un peu plus ?
Per Wiberg : C’était génial, se sont des personnes très sympas. Je pense que nous nous sommes faits de nouveaux amis durant cette tournée. Beaucoup de gens sont venus nous voir en nous disant que c’était la première fois qu’ils nous voyaient et que c’était en allant au concert de Dream Theater. Cela a été une bonne idée d’accepter cette tournée.

Flawless : Et jouer avec Cynic ce soir est une sorte de continuité (de continuer à jouer avec des groupes progressifs), vous avez choisi de tourner avec eux ?
Per Wiberg : Oui ! C’est un bon groupe, et c’est une bonne chose qu’il soit de retour et recommence à faire ça. A l’époque, au moins, Mikael, Mendez et moi écoutions « Focus » quand il est sorti en 93. Cet album est vraiment cool car il est très différent de ce qui était considéré comme de la musique extrême.

Flawless : Et The Ocean parle moi d’eux je ne les connais pas…
Per Wiberg : Euh, groupe allemand. Et pour être honnête, je n’avais écouté avant qu’ils tournent avec nous donc je suis un peu dans le même cas que toi, je ne sais pas grand-chose. Ils sont gentils, leur musique est sympa mais ils sont définitivement de l’autre coté du spectre de ce qu’on appelle la musique progressive. Ils ont plus en commun avec des groupes comme Neurosis, Cult Of Luna…Ce qui est cool, je pense que c’est une affiche plutôt éclectique.

Flawless : Juste pour finir (groupie inside), sur la dernière tournée vous avez joué « The night and the silent Water » que vous n’aviez jamais joué, donc est-on en droit de s’attendre à quelque chose de similaire ce soir ?
Per Wiberg : Hum… En fait nous avons un problème ici, qui est le couvre feu. En Europe, il est plus tôt qu’aux US. Et nous sommes obligés de jouer moins d’1h30, ce que je trouve chiant ! Mais on ne peut rien y faire. Je ne sais pas si ce soir nous aurons 1h30 ou 1h45… mais si nous avons 1h45 je ne suis pas sur de la chanson bonus qui sera jouer mais à priori se serait « Bleak »…

Merci à Per pour sa gentillesse et son temps, merci à Charlotte et Karine de Roadrunner Records ainsi qu’à mon frère pour sa patience !