Death Skid Marks

Cela fait un bon moment que je n’avais pas parlé jeu vidéo. D’un autre côté les jeux vidéo ayant un lien avec le Metal ne sont pas légion, heureusement que de temps en temps il en sort un qui envoie du bois.

Et pour envoyer du bois, Death Skid Marks, il en envoie et pas qu’un peu.

Screen10

Outre l’évidente référence à Slayer dans le titre, le jeu vous place dans la peau d’un fan de Metal devant se rendre à un concert via la route 666, route qui sera pleine d’embûches (le Highway To Hell en somme). Sur votre route vous croiserez des néo-nazis, des rednecks, des groupies en furie et des extra-terrestres que vous devrez dessouder au volant de votre bolide customisable via les magasins que vous croiserez sur votre chemin.

Screen02

Libre à vous d’ajouter de l’armement ou du blindage à votre véhicule ou d’armer vos passagers. Car oui, vous pourrez embarquer tout un wagon de passagers tous aussi décalés les uns que les autres: du fan SM à la goth, en passant l’émo, le codo, le fan de Black Metal ou bien l’extra-terrestre, chacun d’entre à sa spécialité et vous accompagnera sur les 666 km de la route jusqu’au concert. Route qui se terminera souvent par l’écran suivant si vous n’avez pas la lucidité de vous soigner/réparer/équiper correctement.

Screen07

Tout ça bien entendu dans une ambiance sonore à base de double grosse caisse et de références plus ou moins pointues à la culture Metal – je veux dire par là que les mecs qui ont fait le jeu maîtrisent la chose en plus des gros clichés. Le clin d’oeil à la chanson Man On The Edge d’Iron Maiden est du genre capillotracté.

Si le jeu vous branche, il est dispo sur Steam pour une dizaine d’euros et croyez moi, vu le temps que vous allez passé dessus il les vaut.