Brütal Legend

Une fois n’est pas coutume, nous allons parler jeux vidéos. Si j’ai plus ou moins volontairement passer sous silence les Guitar Hero et autre Rock Band ainsi que leurs variantes, c’est à cause de leur contenu pas assez orienté « maytÔl » – encore que GH Metallica aurait pu mais bon bref… Le jeu qui nous intéresse aujourd’hui est autrement plus passionnant, il s’agit de Brütal Legend (notez le ¨ sur le u), véritable déclaration d’amour vidéoludique à cette musique si chère à nos oreilles.

Brütal Legend

Sorti du cerveau déjanté de Tim Schafer, déjà papa des tout autant déjantés Full Throtlle, Monkey Island, Sam & Max et j’en passe, Brütal Legend est un jeu mélant action, stratégie et course, le tout dans un univers ouvert bourré jusqu’à plus soif de références métal et de clichés en tout genre. En effet le monde du Brütal Legend regorge d’âneries en tout genre dont un rocher en forme de croix de fer, une guitare en pierre sortant du sol, une falaise d’amplis crachant des basses, une montagne pleine de clichés black metal sans parler du marais et du cimetière plus goth tu meures et le mont Rockmore sur lequel on peut graver les visages des héros dont la trogne ne nous est pas inconnue. Totu ceci sert de cadre à une histoire basique de bien contre le mal avec les gentils métalleux contre les vilaines glamouzes dans un premier temps puis les méchants goths pour finir – ça donne le ton.

Eddie Riggs
Eddie Riggs

Le héro de ce joyeux foutoir est Eddie Riggs (Eddie comme la mascote d’Iron Maiden et Riggs comme Derek Riggs le créateur d’Eddie), roadie pour le plus mauvais groupe de métal au monde, qui se retrouve catapulter dans ce monde parallèle suite à un accident. Il y rencontrera tout une galerie de personnage haut en couleur comme Lars Halford ( !) – prototype du guerrier viking blond et baraqué – et sa sœur Lita – tout aussi blonde mais plus tatouée, Ophelia – brune ténébreuse tendance goth, le Killmaster (!!) dont la basse soigne les gens ou Lionwhite (!!!) – l’un des méchants de l’histoire. Les références sont hilarantes, le Killmaster n’est ni plus ni moins que Lemmy Kilmister lui-même (avec sa voix), Lita ressemble comme 2 gouttes d’eau à Lita Ford, Liowhite (doublé par Rob Halford) pourrait avoir fait parti de Mötley Crüe ou Ratt à la grande époque du glam, sans oublié le gardien du Métal qui n’est rien d’autre qu’Ozzy en personne avec la voix qui va bien. Le héro, Eddie, est clone de Jack Black dont il emprunte aussi la voix. Pour la petite histoire Ronnie James Dio avait aussi enregistré des voix pour un personnage mais il sera remplacé au dernier moment – Ozzy aurait-il encore frappé ? Mystère. Bref vous l’aurez compris, si vous êtes un temps soit peu fan de métal dès l’intro c’est la crise de rire assurée, a fortiori quand vous verrez la tête du bestiaire présent dans Brütal Legend et surtout le fait qu’on peut les défourailler à coup de hache ou de solos – solo qui sont interprétés par Glenn Tipton et KK Downing, tous 2 compères de Rob Halford dans Judas Priest…

Killmaster
Killmaster

Côté son, il y a du lourd, du très lourd et de l’inattendu ! Si avec Jack Black en héro et Lemmy, Rob et Ozzy en guests on s’attend logiquement à entendre Black Sabbath, Mötorhead, Judas Priest ou Tenacious D (avec Kyle Gass en guest dans le jeu), on s’attend beaucoup moins à tomber sur Coroner, du très vieux Slayer, Am I Evil de Diamond Head ou Breadfan de Budgie (toutes 2 popularisées par Metallica sur Garage Days).

Le général Lionwhite... est une glamouze!
Le général Lionwhite… est une glamouze!

C’est au total 107 titres tapant dans des registres divers et variés qui nous sont proposés avec du vieux, du très vieux, du très très vieux, du récent, du culte et du surprenant. En vrac quelques titres : Ad Noctis (Rotting Christ), Die For Metal (Manowar), Technical Difficulties (Racer X), Free Your Fate (KMFDM), Murmaider (Dethklok), Goliaths Disarm Their Davids (In Flames), Thus Spake the Nightspirit (Emperor) et aussi des chansons de Cradle Of Filth, Dimmu Borgir, Megadeth, Kiss, Enslaved, Riot, Rob Zombie, Ministry, Running wild, Iced Earth, Scorpions, Deathstars, Dark Tranquillity, Mastodon, Testament, Carcass, Children Of Bodom, Anthrax etc etc etc. Si avec ça vous n’y trouvez pas votre compte…

Kyle Gass
Kyle Gass

Le jeu en lui-même n’est pas au niveau des standards actuels en matière de graphismes ni de performances techniques. Pour tout dire, la gestion de la caméra est parfois frustrante car mal fichue. Il arrive aussi parfois qu’on se retrouve bloqué avec la Deuce (aussi connu sous le nom de Destroy Mobile) sans pouvoir s’en sortir autrement qu’en sauvegardant et en relançant la partie. Frustrant par moment. Ceci étant, c’est globalement de bonne facture et même si l’histoire se boucle en 7/8h (un peu plus en difficulté « brütal »), les missions annexes rallongent quelque peu la durée de vie.

Ozzy en gardien du Métal
Ozzy en gardien du Métal

Brütal Legend n’est ni plus ni moins qu’une déclaration d’amour au Métal avec tout ce que cela véhicule comme clichés qui sont ici désamorcés pour mieux être tourné à la rigolade (l’arbre à bière c’est du génie, le dieu Armaggeden et Rikk Narok… sans déc’ les gars !!!!). Bref c’est un must have pour tout fan de métal qui possède une PS3… ou une Xbox ne soyons pas sectaire.