Amon Amarth – Le jeu

A la question: le business des produits dérivés dans le monde du Metal va-t-il trop loin? Je pense qu’après les pulls de Noël moche, le pinard et le gode (merci Ki$$? Merci Jacquie et Mich… HO WAIT), la réponse est connue.

Amon Amarth n’est pas le premier groupe à sortir un jeu vidéo. Iron Maiden s’y est déjà essayé du temps de Best Of The Beast, best of sorti pour fêter le retour de Bruce Dickinson. Ed Hunter en fut le résultat, une immondice injouable. Les mêmes Iron Maiden ont d’ailleurs sorti l’an dernier sur mobile Legacy Of The Beast, un action-RPG (définition ici pour les n00bs) preuve qu’Amon Amarth ne sont pas les premiers à s’aventurer sur ce terrain.

Là où un Legacy Of The Beast se veut à la pointe de ce qui peut se faire en terme graphique, Amon Appart’ prend une direction artistique différente et surf sur sur le revival rétro-gaming qui sévit dans l’industrie du jeu vidéo depuis quelques années. En effet le jeu suédois propose des graphismes à gros pixel et des remixes en mode 8 bits de leurs morceaux.

Quant au jeu en lui-même il s’agit d’un « runner ». En gros le perso ne fait que courir, on le fait juste sauter et éventuellement changer de direction. Ici notre viking (Ô surprise) court de la gauche vers la droite. A gauche de l’écran il y a un bouton pour le faire sauter, à droite un autre pour lui faire donner des coups d’épée. Attaquer les ennemis remplit une barre qui donne une attaque spéciale un fois pleine. En appuyant à droite ou à gauche de l’écran en dehors des bouton, on le fait changer de direction. Il existe également une mécanique de double saut qui, après 2 tapotages rapide de l’écran (un coup à prendre), permet d’atteindre des plateformes plus élevées.

Rien de bien original en somme pour qui a déjà joué un peu sur mobile à ce type de jeu. Globalement ça répond bien, c’est fluide même sur mon vieux truc mai si j’ai un vrai reproche à lui faire c’est que les graphismes manquent parfois de lisibilité. Les loups gris sur fond de rocher encore plus gris ou de terre marron foncée ce n’est pas le top pour lire l’action. Du coup on attaque sans arrête comme un mongolo, on ne sait jamais.
L’intérêt du truc est bien entendu de jouer avec les remixes 8 bits des chansons du groupe. La seule que j’ai entendu est Pursuit Of The Vikings car c’est celle du premier niveau. C’est sympa les 5 premières minutes, mais comme on crève en boucle et qu’on reprend depuis le dernier checkpoint (qui est parfois loin), ça devient un poil prise de truffe au bout d’un moment.

Et là les plus attentifs vont me demander pourquoi je n’ai vu que le premier niveau? Est-ce que je suis un si mauvais joueur que ça? Possible. Mais la vraie raison se trouve en image juste en dessous.

Voila, voila. Est-ce que ça vaut 8€49? Mmmm NON. Bon il faut savoir que je fais parti de ces gens qui refusent de mettre 70€ dans un jeu PS4 alors 8€ dans un jeu mobile c’est de l’utopie. A 4€50 on discute mais là non.

Tout ça pour dire que voir Amon Amarth sortir un jeu mobile est assez marrant. Le concept sans être révolutionnaire est rigolo et l’univers du groupe s’y prête plutôt bien voir même très bien. L’idée du remix de chansons emblématiques du groupe est aussi rigolote. Mais 8€49 pour le jeu complet – OUCH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *