Arch Enemy – As The Stages Burn (live)

Tout juste un an après un live japonais, Arch Enemy se fend d’un second live, bien plus ambitieux et filmé au Wacken 2016.
Quoi qu’est-ce que ça vaut?

Hé ben en clair ça vaut ce à quoi on peut s’attendre vu le budget alloué au projet. Les orgas et Century Media ont mis le pognon pour se payer une super production en tête d’affiche le samedi soir au Wacken l’an dernier. Ayant choisi de « boycotter » le concert mais ayant eu droit à une session de rattrapage sur ARTE, c’est peu de dire qu’il y a eu un boulot de post prod assez prodigieux de réaliser entre ce que j’ai vu à l’époque et ce DVD. Et c’est bien là la principale qualité d’As The Stages Burn car côté prestation quelle que fut l’époque où vous avez pu voir le groupe en live et quelle qu’ait été la chanteuse: c’est toujours pareil. Certes, la canadienne de service a trouvé ses marques au sein du groupe et on sent que ça fonctionne bien entre eux. Mais, son chant comme son jeu de scène me paraissent toujours aussi forcé, à l’instar de ses interactions avec le public.
Comme je l’évoquais plus haut, c’est vraiment sur l’aspect technique du produit qu’il faut s’arrêter. Pour le coup, l’insupportable Patric Ullaeus – coupable des pires clips d’In Flames notamment – nous sort quelque chose d’aboutit. On retrouve son penchant pour les couleurs un peu saturées mais globalement son boulot sur l’image rend le tout agréable à l’oeil. Niveau montage, ici pas de découpage à la hache, c’est regardable sans aspirine mais avec un peu de peps supplémentaire à ce niveau là, ce live serait encore mieux passé. Car là où ça pêche selon moi c’est lorsqu’il n’y pas pas l’image. L’écoute de la version audio vous propulse dans un monde parallèle où l’ennui est le maître mot tellement c’est lisse et prévisible, en un mot: ennuyeux. Même sur les morceaux qui avoinent le plus (Nemesis, Ravenous etc). Pour en profiter pleinement il faut donc ajouter l’image au son, d’autant que le part belle est faites à la mise en scène avec un décor digne de ce nom, des pyros et puis tous les musiciens ont droit à leur minute de gloire avec quelques plans batteries pas dégueu.

Arch Enemy sort ici un live convaincant sur le plan technique, côté prestation je laisse ça à l’appréciation de chacun. As The Stages Burn est un beau produit qui comblera les fans c’est une certitude, les curieux s’y risqueront pour faire à quoi ressemble un live fait avec un budget conséquent et les autres iront voir le live de Nightwish filmé au même endroit pour ajouter en prime la prestation qui déboîte.

Oui j’ai dit du bien de Nightwish foutez-moi la paix.