The Haunted – Strength In Numbers

Coucou les revoilou! The Haunted is back! Et comme dhbaitude, ils ne sont pas trop content. Quoique pour une fois, ils font un peu moins la gueule. Z’allez comprendre.

Pour une fois, le line-up est à peu près stable, Marco est toujours là et en fait cest à peu près le seul truc qui compte. Mais, la présence du petit dernier (Ola Englund) à la lead change un peu la donne car The Haunted met un peu d’eau dans son aquavit. En effet, lors de son passage éclair chez Six Feet Under, le sieur Englund avait apporté un peu de mélodie au mauvais Death de la bande de Chris Barnes et il la voici qui récidive chez ses compatriotes. Certes The Haunted fait toujours de la dentelle à la dynamite mais il y a un poil plus de mélodies dans les leads, les arrangement tabassent un peu moins. Après ça reste du Thrash binaire qui casse des culs juste parce que, et c’est tout ce qu’on attend des suédois.

Ceci étant dit, les mecs casent aussi quelques morceaux en mid tempo pour laisser une peu refroidir la machine (This Is The End), mais globalement c’est quand ça turbine qu’on retrouve le The Haunted des grandes heures de Made Me Do It. Brute Force, le gros morceau de bravoure de l’album, brille surtout par son envie de vous faire cracher du sang et y parvient plutôt bien. J’avoue aussi un faible pour The Fall, avec un petit riff sympatoche et des changements de rythmes de bon aloi. The Haunted fait du The Haunted.

Côté prod, c’est propre et dans la droite ligne de tous les albums avec Marco au chant, c’est gras juste ce qu’il faut. La basse ne monte dnas le mix que quand il faut mettre en valeur les breaks et/ou un changement de rythme, une constante chez eux mais c’est dommage car la lourde ligne métallique de cette dernière donne à leur une saveur toute particulière. Je passe la batterie sous silence tellement les plans d’Elerandsson sont inintéressant.

Should I kill myself or everyone else around me? Surtout ne changez rien les gars, continuez sur la seconde option.