Incite – Built To Destroy

Il y a 3 ans, je découvrais Incite et sa musique. Aujourd’hui, dans un élan de masochisme totalement assumé, je vous parle du chapitre 5 dans la disco du groupe.

Bien que Cavalera par alliance, Richie souffre du même syndrome que son beau-père: une fâcheuse propension à tourner en rond.
On ne détecte en effet que peu d’évolution entre les 2 albums. Non en fait il n’y en a pas du tout. Incite propose un Metal standard, prévisible et convenu.

Un ou deux titres au plus attirent l’attention – Human Cancer notamment. Sans doute parce que Kirk Windstein est en guest dessus et qu’il tire le morceau vers le haut. En dehors de ça on écoute le disque en sans rien ressentir de spécial si ce n’est une certaine indifférence ou bien si vous êtes comme moi, à savoir un peu tatillon et langue de pute, vous chercherez tous les trucs qui vous dérangent. Et dieu sait qu’il y en a. Les compos en elle même qui sont d’une triste platitude. Le son des guitares sonne daté – un comble. Une prod comme ça passait il y a 15 ans, pas en 2019 et pas avec Steve Evetts aux manettes. Pour ce qui est du réglementaire solo, non seulement le l’accordage fait tâche mais le plus gênant et qu’on a souvent l’impression que le mec galère à le sortir et qu’ils ont gardé, non pas la meilleure prise, mais la moins pire. Le couple basse/batterie n’offre rien. Quant au chant, il serait bon que Richie « tue le beau-père » (métaphoriquement parlant hein) et se trouve une personnalité vocale bien à lui. Je sais que la tendance est au recyclage mais en musique ça montre vite ses limites.
Malgré tout ça, ça s’écoute. Il y a des choses bien pires qui sortent de groupes bien plus réputés mais clairement ici on joue en troisième division.

Je ne doute pas de la sincérité des gars dans ce qu’ils font, de leur investissements dans le projet mais des groupes comme celui-là, on en trouve 50 sous chaque cactus autour de Phoenix.
Je l’ai déjà dit, je le redis et je le redirai sans doute encore: Incite, si il n’y a pas le nom Cavalera dans le line-up, tout le monde s’en bat les reins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *